Ecoutez Radio Sputnik
    Euros

    Benalla, «contrat russe»: la justice aurait ouvert une enquête pour «corruption»

    CC0 / Pixabay
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (188)
    22382

    Une enquête pour «corruption» a été ouverte sur le contrat de sécurité signé avec l’oligarque russe Iskander Makhmoudov, négocié par Alexandre Benalla lorsqu'il travaillait à l’Élysée, a indiqué Mediapart.

    Le site Mediapart, également à l'origine des révélations sur l'affaire du «contrat russe» signé entre Mars, la société de Vincent Crase, et l'oligarque russe Iskander Makhmoudov, a annoncé que le parquet national financier (PNF) avait ouvert une enquête pour «corruption» sur ce contrat de sécurité, négocié par l'ancien employé de la présidence Alexandre Benalla, à l'époque où il y travaillait encore. Le PNF a ensuite confirmé ces informations à l'AFP.

    Bien qu'Alexandre Benalla ait maintes fois affirmé n'avoir «jamais contribué» ni à la «négociation» ni à la «conclusion» de ce contrat, Mediapart révèle qu'il a été au contraire «personnellement impliqué dans ce contrat, y compris dans ses montages financiers».

    Au mois de décembre, l'ex-conseiller du chef de l'État avait annoncé qu'il n'y avait «pas de lien entre Makhmoudov et [lui]», mais qu'il avait rencontré plusieurs fois son représentant en France, l'homme d'affaires Jean-Louis Haguenauer. Haguenauer a pour sa part confié à Mediapart qu'Alexandre Benalla avait été chargé par Vincent Crase de mettre en œuvre le contrat.

    Depuis lors, Benalla et le représentant de l'homme d'affaires russe se voyaient régulièrement, comme l'atteste une image prise en août 2018 dans le château de l'homme d'affaires Vincent Miclet, dans le Périgord.

    En décembre dernier, Mediapart a révélé qu'un contrat de sécurité avait été conclu entre l'homme d'affaires russe Iskander Makhmoudov et le groupe de Vincent Crase, Mars. À l'époque, M.Crase était encore chargé de la sécurité du parti LREM et Alexandre Benalla officiait à l'Élysée. Le contrat, renouvelable chaque trimestre, était censé protéger les biens immobiliers de M.Makhmoudov en France, ainsi que ceux de sa famille à Monaco.

    Récemment, l'affaire Benalla semble avoir connu un nouveau rebondissement avec un nouveau nom. Celui de Chokri Wakrim, «ce militaire au parcours opaque», selon Libération qui enquête depuis plusieurs semaines sur ce personnage. Et ce dernier, qui est le compagnon de Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Édouard Philippe, serait impliqué dans un contrat de sécurité avec un oligarque russe, Iskander Makhmoudov.

    Dossier:
    Affaire Benalla (188)

    Lire aussi:

    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Un député LREM traite Jérôme Rodrigues de «débile profond» en plein direct (vidéo)
    Tags:
    révélations, enquête, justice, Mediapart, Vincent Crase, Alexandre Benalla, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik