Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla et Emmanuel Macron

    Enregistrements Benalla: un militaire qui serait impliqué dans un «contrat russe» suspendu

    © AP Photo/ Christophe Ena
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (191)
    10381

    Après la démission de Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), son compagnon, militaire, a été suspendu, a appris l’AFP auprès du ministère des Armées.

    Le militaire Chokri Wakrim, impliqué selon la presse dans un «contrat russe» négocié par Alexandre Benalla, a été suspendu mercredi par le ministère des Armées «en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations» parues à son propos dans Libération, a appris l'AFP.

    Ainsi, compagnon de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre, elle-même mise en cause dans cette affaire, «Chokri Wakrim a été convoqué aujourd'hui par le ministère des Armées et suspendu à titre conservatoire de ses fonctions, avec effet immédiat», a indiqué le ministère à l'AFP.

    Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Édouard Philippe, a donné ce jeudi sa démission afin d'«écarter toute polémique», a annoncé Matignon jeudi après-midi.

    En décembre dernier, Mediapart a révélé qu'un contrat de sécurité avait été conclu entre l'homme d'affaires russe Iskander Makhmoudov et le groupe de Vincent Crase, Mars. À l'époque, M.Crase était encore chargé de la sécurité du parti LREM et Alexandre Benalla officiait à l'Élysée. Jeudi, le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête pour «corruption» sur ce contrat de sécurité.

    Dossier:
    Affaire Benalla (191)

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Des policiers ont gazé et frappé un Gilet jaune qui porterait des appareils pour raisons de santé (vidéo)
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    Tags:
    suspension, contrat, sécurité, ministère français de la Défense, Chokri Wakrim, Alexandre Benalla, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik