Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla et Emmanuel Macron

    Enregistrements Benalla: un militaire qui serait impliqué dans un «contrat russe» suspendu

    © AP Photo/ Christophe Ena
    France
    URL courte
    10381

    Après la démission de Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), son compagnon, militaire, a été suspendu, a appris l’AFP auprès du ministère des Armées.

    Le militaire Chokri Wakrim, impliqué selon la presse dans un «contrat russe» négocié par Alexandre Benalla, a été suspendu mercredi par le ministère des Armées «en attendant que la lumière soit faite sur ces allégations» parues à son propos dans Libération, a appris l'AFP.

    Ainsi, compagnon de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre, elle-même mise en cause dans cette affaire, «Chokri Wakrim a été convoqué aujourd'hui par le ministère des Armées et suspendu à titre conservatoire de ses fonctions, avec effet immédiat», a indiqué le ministère à l'AFP.

    Marie-Élodie Poitout, la chef du Groupe de sécurité du Premier ministre (GSPM), Édouard Philippe, a donné ce jeudi sa démission afin d'«écarter toute polémique», a annoncé Matignon jeudi après-midi.

    En décembre dernier, Mediapart a révélé qu'un contrat de sécurité avait été conclu entre l'homme d'affaires russe Iskander Makhmoudov et le groupe de Vincent Crase, Mars. À l'époque, M.Crase était encore chargé de la sécurité du parti LREM et Alexandre Benalla officiait à l'Élysée. Jeudi, le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête pour «corruption» sur ce contrat de sécurité.

    Lire aussi:

    Possible attentat aux Pays-Bas: la police révèle l'origine du tireur présumé
    «Ici c'est Nancy, pas l'Algérie»: face-à-face tendu avec des identitaires à Nancy (vidéos)
    À Paris, l’argent du trafic de drogue était bien au chaud dans une voiture diplomatique
    Tags:
    suspension, contrat, sécurité, ministère français de la Défense, Chokri Wakrim, Alexandre Benalla, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik