Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    Incendie chez Ferrand: «On sait rien mais on accuse», le Net s’élève contre Castaner

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    41473

    Les Gilets jaunes revenant ce samedi sur le devant de la scène, Christophe Castaner a laissé sous-entendre que c’étaient certains de leurs représentants qui avaient pu mettre le feu au domicile du président de l'Assemblée nationale. Une affirmation qui n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux, les critiques fusant de toutes parts.

    Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré ce samedi qu'il était temps «d'arrêter la violence» et a critiqué ceux «qui cherchent à attaquer, comme ils l'ont fait, le domicile privé» du président de l'Assemblée nationale, laissant supposer que ce sont les Gilets jaunes qui sont à l'origine de ce crime.

    Les internautes n'ont pas laissé cette supposition sans réaction.

    Certains approuvent sans réserve et sont très concis.

    D'autres critiquent vivement le ministre, reprenant parfois la forme de l'anaphore utilisée par Christophe Castaner dans une vidéo dénonçant les accusations de violences policières.

    Plusieurs internautes s'étonnent de la rapidité avec laquelle l'affaire a été expédiée.

    D'autres encore font référence à l'affaire Benalla qui a dernièrement connu un nouveau rebondissement concernant l'implication éventuelle d'un oligarque russe.

    Et parce qu'une image vaut mille mots…

    Richard Ferrand a été victime d'une tentative d'incendie de son domicile, à Motreff, dans le Finistère, a annoncé vendredi soir l'Assemblée nationale dans un communiqué.

    Selon l'Assemblée, les gendarmes ont découvert sur place une couverture, un résidu de pneumatique et une torche artisanale imbibée de carburant. L'habitation n'a pas été détruite mais les fumées qui ont envahi l'intérieur semblent avoir provoqué des dégâts, d'après des médias.

    Tags:
    violences policières, critiques, internautes, Internet, gilets jaunes, Assemblée nationale française, Richard Ferrand, Alexandre Benalla, Christophe Castaner, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik