France
URL courte
9143
S'abonner

Ce lundi, à Aubervilliers, un convoyeur de fonds a pris la fuite au volant de son fourgon qui contenait plusieurs sacs remplis d’argent. Si le véhicule finalement abandonné a été retrouvé, l’homme est toujours en cavale avec la somme d’au moins un million d’euros.

Un convoyeur de fonds a disparu ce matin à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, à bord de son fourgon, informent plusieurs médias français. Si le véhicule a été retrouvé peu après, ni l’homme, employé de la société Loomis, ni l’argent n’ont été retrouvés. 

Selon une source policière, citée par l’AFP, les faits se sont déroulés vers 6h00. Le convoyeur âgé de 28 ans a déposé ses deux collègues près d’une agence Western Union à Aubervilliers, avant de prendre la fuite «laissant ses deux collègues derrière lui». 

Peu de temps après, le fourgon a été retrouvé «à quelques rues de là». Les sacs qu’il contenait avaient disparu. 

Pour le moment, il est impossible de préciser le montant dérobé – si 20 minutes évoque un million d’euros, Le Parisien parlait dans un premier temps de trois avant de revoir son estimation à la baisse. Interrogée par l’AFP, la source policière n’a pu indiquer de quelle somme exacte il s’agissait.

Pour rappel, en 2018, à l'aéroport de Roissy, un sans-abri avait réussi à dérober 490.000 euros dont l'entreprise Loomis avait la responsabilité. Comme l’avait alors rapporté la presse, le SDF s’était juste appuyé sur la porte du centre-fort qui n'était pas verrouillée puis était entré dans le local où étaient entreposés les sacs contenant l'argent.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Tags:
convoyeur de fonds, fuite, argent, disparition, police, Seine-Saint-Denis, Aubervilliers, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook