Ecoutez Radio Sputnik
    Florian Philippot

    En gilet jaune et se cachant l’œil, Philippot dénonce la violence policière à Strasbourg

    © AFP 2018 Lionel BONAVENTURE / AFP
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)
    13432

    Le chef de file des Patriotes a à nouveau tenté de faire la preuve de sa proximité avec les Gilets jaunes. Cette fois-ci, lors d’une intervention au Parlement européen, il s’est caché un œil en hommage aux manifestants «mutilés».

    En s'exprimant lundi 11 février devant le Parlement européen alors que «le droit à manifester pacifiquement et l'usage proportionné de la force» y était à l'ordre du jour, Florian Philippot, président du parti Les Patriotes, a fait part de son soutien aux Gilets jaunes blessés lors des manifestations.

    Vêtu d'un gilet jaune, il s'est aussi caché un œil, à la manière du geste que les Gilets jaunes utilisent en hommage aux victimes des violences policières.

    «C'est en soutien des innombrables mutilés du mouvement des Gilets jaunes en France que je reprends ce geste, qu'ils utilisent eux-mêmes, avec tous ceux qui ont perdu un œil dans les manifestations», a-t-il affirmé.

    L'eurodéputé a également cité les noms des manifestants qui ont été touchés par des LBD ou par des grenades lacrymogènes ou de désencerclement, dont Jérôme Rodrigues.

    Dans le même temps, M.Philippot a assuré qu'il ne défendait pas «les voyous et les casseurs» qui, selon lui, «pourrissent les mobilisations sociales». Il a aussi dénoncé «un pouvoir aux abois» qui «donne des ordres délirants, irresponsables, insensés contre sa population», et voit dans ces incidents «la violence d'un ordre financier qui s'exprime».

    «Vive les Gilets jaunes, vive le RIC, vive la république sociale, et vive le Frexit», a-t-il conclu.

    Fin novembre dernier, Florian Philippot a déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) la marque «Les Gilets jaunes». Plus tard, il a fait part de sa volonté de conduire une «liste hybride» avec les Gilets jaunes aux élections européennes de mai 2019.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)

    Lire aussi:

    «L’UE n’aime pas les Gilets jaunes», la sécurité du Parlement européen recadre Philippot
    Européennes: ces partis sont-ils de «vrais» ou de «faux» amis des Gilets jaunes?
    Macron: «Moi aussi je suis Gilet jaune»
    Tags:
    gilets jaunes, police, Parlement européen, Florian Philippot, Strasbourg, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik