Ecoutez Radio Sputnik
    «Grève générale»: mobilisation nationale de la CGT et des Gilets jaunes à Paris, le 5 février 2019

    Face à une «énorme censure» sur Facebook, des Gilets jaunes optent pour son analogue russe

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Maria Tonkova
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (180)
    8631323

    Fuyant la «censure» de Facebook, les Gilets jaunes «déménagent» peu à peu sur le réseau social russe VKontakte. Sputnik s’est entretenu avec l’animateur de l’un de leurs groupes pour élucider ce phénomène.

    Depuis peu sur VKontakte (VK), des groupes de Gilets jaunes comptent chacun sur le réseau social russe plus d'un millier d'adhérents. Le plus nombreux d'entre eux, qui s'appelle Info blocage Gilets jaunes, a déjà franchi le seuil des 2.500 membres. Tout comme sur Facebook, ces pages contiennent des informations sur les blocages, ainsi que des vidéos et des images réalisées lors des manifestations dans les villes françaises. La majorité des publications sont en français.

    Ayant découvert ce phénomène, Sputnik a sollicité l'animateur de l'un de ces groupes afin de lui demander pourquoi de plus en plus de Gilets jaunes se mobilisent sur VK. Préférant garder son anonymat, il explique que c'est à cause d'une «énorme censure» sur Facebook que de nombreux manifestants préfèrent son alternative russe.

    «Facebook a servi de vecteur au début du mouvement et beaucoup de Gilets jaunes y sont encore. Mais une énorme censure existe dès que l'on va de groupe en groupe pour se rassembler», précise-t-il.

    Il raconte avoir personnellement fait face à une «grosse censure». Privé à plusieurs reprises de l'accès aux groupes Facebook pour des périodes de plusieurs jours, il a finalement été complètement banni sous prétexte que le «robot détecte anomalies».

    «J'ai encore ouvert un autre compte, toujours sur Facebook […] et j'ai recréé un groupe, j'avais plus de 1.500 contacts et de nouveau des censures à répétition, des images supprimées sans aucune raison, jamais d'insulte et finalement compte accès bloqué sauf si je peux reconnaitre [un certain nombre, ndlr] d'amis alors qu'il ne s'agit que de contacts», s'indigne-t-il.

    Il a alors décidé de créer un groupe sur VK, plateforme qu'il qualifie d'«espace de liberté», afin de «s'organiser».

    «Je travaille à essayer de participer à l'organisation au niveau national en proposant un organigramme du mouvement avec sections de base jusqu'à la direction nationale», ajoute-t-il.

    Interrogé sur les allégations du gouvernement français qui accuse les médias russes, dont Sputnik, d'ingérence dans les affaires intérieures françaises, ce Gilet jaune indique que ces déclarations sont «sans fondement».

    «Le gouvernement est tellement aux abois qu'il accuserait mon chien d'encourager les Gilets jaunes. Oui, ils peuvent raconter sans fondement que la Russie est derrière, mais on sait bien que non, bien sûr», affirme-t-il.

    Il a aussi rappelé qu'en mai dernier Emmanuel Macron avait rencontré Mark Zuckerberg. Selon l'interlocuteur de Sputnik, il est «vraisemblable» qu'un certain «accord a été conclu entre eux».

    Il est à rappeler que quelques mois après cette rencontre, le Président français a annoncé un partenariat à venir entre le gouvernement et Facebook. Le réseau social a consenti d'ouvrir ses portes à «quatre à cinq experts» nommés par le gouvernement français afin de leur montrer comment se faisait le travail de modération.

    Contacté par BFM TV, Facebook a assuré n'avoir «reçu aucune demande de la part du gouvernement français pour supprimer des contenus liés aux manifestations» des Gilets jaunes.

    Néanmoins, de nombreux Gilets jaunes accusent la plateforme fondée par Mark Zuckerberg d'agir en leur défaveur. Par exemple, à la suite des modifications mises en place par Facebook à la mi-janvier, le «compteur officiel de Gilets jaunes» a perdu près d'un million de membres, passant de 2,8 millions à 1,8 million en quelques jours.

    Facebook exclut désormais des groupes toute personne ayant été ajoutée par un de leurs contacts, mais n'y ayant jamais participé. Un autre changement concerne la possibilité d'ajouter des membres dans un groupe Facebook. Auparavant, il était possible d'ajouter à un groupe des utilisateurs de Facebook sans leur autorisation. Désormais, ils figurent dans la partie «Invités» jusqu'à ce qu'ils acceptent l'invitation qui n'est valable que pendant vingt-huit jours.

    Des Gilets jaunes quittent Facebook pour rejoindre VKontakte
    © Sputnik . Bruno Marty
    Des Gilets jaunes quittent Facebook pour rejoindre VKontakte
    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (180)

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, selon AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    La Chine poursuit son offensive dans les Balkans et fait trembler Bruxelles
    Tags:
    gilets jaunes, réseaux sociaux, Internet, censure, Facebook, Inc, Vkontakte, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik