Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers avec des LBD lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Paris (image d'illustration)

    LBD et grenades lacrymogènes explosives sont «incompatibles avec le droit de manifester»

    © AFP 2019 Valery HACHE
    France
    URL courte
    15461

    Les LBD et les grenades lacrymogènes explosives sont largement utilisées «alors que leur portée létale est avérée». Avant le vote de la résolution du Parlement européen sur le droit à manifester pacifiquement et l’usage proportionnée de la force, prévu le 14 février, l’eurodéputée Isabelle Thomas a commenté lundi les objectifs de ce texte.

    Rappelant que l’article 20 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et les articles 10 et 12 de la Charte des droits fondamentaux de l’UE garantissent le droit de se réunir et de manifester ses idées pacifiquement, l’eurodéputée Génération.s Isabelle Thomas a tenu à souligner lundi à Strasbourg que depuis trois mois en France «un mouvement social populaire fait l’objet d’une répression systématique et disproportionnée».

    «Lanceurs de balles de défense, grenades lacrymogènes explosives sont utilisées massivement alors que leur portée létale est avérée et leur maîtrise impossible. C’est pourquoi la plupart des États européens les ont bannis de leur arsenal policier», a-t-elle déclaré lors d’un débat portant sur le droit à manifester pacifiquement et l'usage proportionné de la force organisé en prévision du vote du Parlement européen fixé au 14 février.

    Et de rappeler les conséquences de l’usage de telles armes en France:

    «Une femme a été tuée à sa fenêtre, cinq mains arrachées, 20 personnes ont perdu un œil 188 manifestants ont été blessés à la tête et au visage. Ils sont mutilés. Les vidéos et témoignages établissent que la majorité des victimes étaient pacifiques».

    Par leur menace inhérente pour l’intégrité physique des personnes, ces armes s’avèrent incompatibles avec le droit de manifester et doivent doit être interdites sur le sol européen afin que soit garanti le droit fondamental, a encore indiqué la députée du groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates.

    «Pour le maintien de l’ordre public comme pour tout usage de la force la violence entraîne la violence et c’est aux responsables politiques qu’il revient d’éviter l’escalade», a conclu Mme Thomas.

    L’eurodéputé Yannick Jadot, du groupe des Verts/Alliance libre européenne, a pour sa part rappelé que si les violences causées par les Gilets jaunes avaient été condamnées, «rien dans ces violences ne justifie l’utilisation d’armes qui sont parfois des armes létales». 

    Et d’ajouter que ce n’était qu’«en France, en Pologne et en Grèce» où il y avait un usage «sans limite de ces instruments qui selon les équipes médicales causent des blessures de guerre».

    Lire aussi:

    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Tags:
    menace, grenades lacrymogènes, LBD (lanceur de balles de défense), manifestation, droits de l’homme, Parlement européen, Isabelle Thomas, Yannick Jadot, Strasbourg, Europe, Grèce, Pologne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik