Ecoutez Radio Sputnik
    Street medics

    Lacrymogène en plein soin à Metz: que s’est-il vraiment passé? Interview d’un street medic

    © AFP 2019 SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
    France
    URL courte
    521465

    Plusieurs vidéos ont enregistré le moment où une grenade lacrymogène atterrit aux pieds de médecins bénévoles en train de soigner un blessé. Bien visibles dans leur uniforme blanc, ils se trouvaient tout près des forces de l’ordre. Sputnik a contacté l’un de ces street medics qui s’est retrouvé au cœur des événements pour en savoir plus.

    Cette scène se déroule à Metz, le 9 février, pendant l'acte 13 des Gilets jaunes. Un groupe de street medics est en train de soigner un manifestant blessé à la tête. Autour d'eux, des Gilets jaunes forment une chaîne humaine.

    En arrière-plan, plusieurs véhicules des forces de l'ordre et des grenades lacrymogènes qui explosent à proximité. À un moment, l'une d'entre elles tombe aux pieds des médecins bénévoles, les enveloppant d'un épais nuage de gaz lacrymogène et les contraignant à interrompre leur travail.

    «Je m'occupais de la victime, j'étais donc concentré sur ce que je faisais», raconte à Sputnik le Street Medic en casque blanc qui soignait la plaie à la tête du blessé au moment du jet. Il se dit incapable d'affirmer si le tir était volontaire ou non, mais juge la scène «inadmissible». L'homme ajoute que ses protections n'ont pas pu le protéger, qu'il avait du mal à respirer.

    La séquence ne permet pas de voir ce qui se passe du côté des manifestants, mais une autre vidéo, qui a enregistré la même scène du côté des forces de l'ordre, montre de nombreux Gilets jaunes rassemblés dans le secteur. Difficile d'affirmer si des échauffourées sont en cours. Cette deuxième séquence permet également de constater que les Street medics se trouvaient non loin des CRS et étaient bien visibles avec leurs T-shirts blancs affichant une croix rouge et leurs casques.

    «Je suis citoyen, Gilet jaune et ancien pompier volontaire qui en a marre de voir mes compatriotes blessés et qui a décidé de leur venir en aide», confie à Sputnik ce secouriste bénévole qui a requis de nous l'anonymat.

    L'homme explique qu'il fait partie du mouvement depuis le 17 novembre, Gilet jaune ayant commencé par les ronds-points. «Je suis monté à Paris pour l'acte 4. J'ai vu bon nombre de blessés sur place», poursuit-il, répondant à l'interrogation quant à ses raisons pour apporter son aide aux Gilets jaunes.

    «Ensuite est venue l'heure des gros rassemblements dans ma région de Nancy auxquels j'ai participé en tant que Gilet jaune», poursuit-il. Avant d'ajouter: «En voyant toutes ces personnes en détresse pendant les manifestations blessés importants ou légers… J'ai fait le constat que dans ma région il y avait peu de medic». «J'ai décidé de vêtir le rôle de medic pour pouvoir venir en aide à mes concitoyens», conclut l'homme.

    Près de 1.900 manifestants selon la police ont participé à l'acte 13 des Gilets jaunes à Metz, samedi 9 février. Le rassemblement a été émaillé d'accrochages, qui ont fait plusieurs blessés. Quatre gendarmes ont été transportés à l'hôpital et deux Gilets jaunes ont été hospitalisés, d'après les pompiers de Moselle. Cinq personnes ont été interpellées, a fait savoir la préfecture.

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Merkel réagit aux doutes sur ses capacités à diriger suite à ses crises de tremblements
    Tags:
    street medics, gilets jaunes, gaz lacrymogènes, Metz, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik