France
URL courte
39925
S'abonner

Statues renversées et brisées, tabernacle basculé, hosties jetées… La liste d’églises profanées en France a été complétée encore de deux lieux de cultes catholiques, à Maisons-Laffitte et à Dijon. Un phénomène qui préoccupe chacune des communautés concernées.

La véritable série noire qui a touché l'Église de France au début de la semaine dernière ne s'est pas tarie. Pendant le week-end dernier, de nouvelles dégradations ont encore été recensées dans deux églises catholiques de France, à Maisons-Laffitte et à Dijon.

Le tabernacle de l'église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte a été renversé dimanche, selon des sources policières. Une enquête a été ouverte et un homme, un SDF de 35 ans placé en garde à vue, a reconnu les faits, selon la police.

Dans l'Église Notre-Dame de Dijon, un vase a été cassé, des hosties ont été répandues sur l'autel, une nappe a été roulée en boule. Relayant des photos des dégradations postées sur Twitter, le diocèse de Dijon a fait part de sa «tristesse» à ce propos.

Le 11 février, le porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF), Olivier Ribadeau-Dumas, a réagi sur Twitter en appelant à stopper les profanations:

Le premier ministre Edouard Philippe a également condamné ces actes:

Trois églises ont été profanées en France depuis le début de la semaine dernière, notamment à Nîmes (Gard), Lavaur (Tarn) et Houilles (Yvelines), selon des médias.

Ainsi, à Houilles, des actes de vandalisme ont été constatés dans l'église du même nom, selon la préfecture. Des dégradations, notamment sur un Christ en croix et une statue de la Vierge, projetés au sol et brisés, avaient déjà été constatées fin janvier dans cette même église, selon la police. Les auteurs n'ont pour l'heure pas été identifiés. Le commissariat de Houilles est saisi de l'affaire.

Le 5 février, en fin de journée, le feu avait également été mis à l'autel d'une chapelle latérale de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur (Tarn), indique le diocèse sur son site internet.

Des dégradations ont par ailleurs été constatés, le 6 février, dans une église de Nîmes située dans le quartier des Amoureux, selon des sources judiciaires et policières. Le tabernacle a été cassé, des hosties projetées sur les murs et à terre, divers objets religieux dégradés et des excréments jetés sur les murs intérieurs de l'édifice, selon ces sources. Le parquet de Nîmes a ouvert une enquête confiée aux policiers de la Sûreté départementale de Nîmes.

Selon les chiffres 2017 du ministère de l'Intérieur, l'Église catholique et les Églises chrétiennes détiennent le record d'atteintes aux lieux de culte: 878 sur les 978 actes recensés, soit une moyenne de deux par jour.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
église, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook