Ecoutez Radio Sputnik
    Jérôme Rodrigues

    «Soyons justes»: Jérôme Rodrigues vient au procès de Christophe Dettinger

    © AFP 2018 CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
    France
    URL courte
    10400

    L’ex-boxeur Christophe Dettinger, qui comparaît ce mercredi devant le tribunal de grande instance de Paris, a été soutenu par une des figures emblématiques du mouvement des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, qui s’est rendu sur place ce jour. «Soyons juste», a-t-il déclaré devant les journalistes espérant que l’homme serait «jugé le mieux possible».

    Commentant le procès de Christophe Dettinger qui se déroule au tribunal de grande instance de Paris ce mercredi 13 février, le Gilet jaune Jérôme Rodrigues, qui s'est rendu sur les lieux, a dit espérer que la «justice puisse être le plus impartial possible et puisse avoir le bon jugement pour lui».

    «Je ne suis pas de la justice, je ne suis pas juge. À la justice de faire son travail, chacun a sa tâche. J'espère qu'il sera jugé le mieux possible […] qu'il retrouve au plus vite sa famille et ses enfants […] et que la justice puisse être le plus impartial possible et qu'elle puisse avoir le bon jugement pour lui.»

    Jérôme Rodrigues a souligné qu'il était venu au procès en tant que «citoyen» pour «soutenir un autre citoyen».

    «Je n'ai pas le gilet jaune aujourd'hui. Il fallait que ça soit fait dans le calme et la sérénité pour ne pas perturber le procès. Ce n'est pas une manif, ce n'est pas un événement, ce n'est pas une action, c'est un comité de soutien qui vient vers Christophe et sa famille.»

    Le Gilet jaune a également souligné qu'il y avait des personnes dans le milieu politique qui ont «fait pire» que le boxeur mais qui «se baladent tranquillement en plein rue». «Soyons juste», a-t-il donc lancé.

    Les violences sont «engendrées par le gouvernement»

    Jérôme Rodrigues a également mis les points sur les i quant aux «violences policières» qu'il ne considère pas ainsi. D'après lui, c'est le gouvernement qui en est responsable.

    «Je ne parle pas de violences policières, je parle de violence gouvernementale. […] Il faut qu'il arrête de nous opposer parce que ça va se retourner contre lui. Stop. La violence est tout simplement engendrée par le gouvernement. Pourquoi aujourd'hui on nous empêche de manifester en France? Pourquoi on a des points de blocage? Pourquoi les flics nous bloquent à la sortie d'une manifestation? […] On est dans un pays de droit, on a le droit de manifester et surtout pas de perdre un œil pour ça», a indiqué le Gilet jaune.

    «Regroupons-nous»

    Le Gilet jaune a aussi appelé tous les Français à se réunir sans porter attention à leur lieu de résidence.

    «La misère sociale n'appartient à personne aujourd'hui en France. Elle est le sujet de tous: campagne, banlieue, région, outre-mer. Elle est de partout. Donc forcément, à un moment donné, arrêtons de mettre notre communautarisme de côté et […] regroupons-nous», a-t-il résumé.

    L'ex-boxeur Christophe Dettinger, cet ancien champion de France aujourd’hui âgé de 37 ans, comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir frappé des membres des forces de l’ordre lors du 8e samedi de la mobilisation des Gilets jaunes. Le procureur requiert deux ans ferme contre l’ex-boxeur.

    La carrière de Christophe Dettinger
    © Sputnik . Bruno Marty
    La carrière de Christophe Dettinger

    Lire aussi:

    Macron: «Moi aussi je suis Gilet jaune»
    Gilets jaunes: «Édouard Philippe verse une citerne d’huile sur le feu de la révolte»
    Des Gilets jaunes dans d’autres pays d’Europe? Possible, selon le chancelier autrichien
    Tags:
    juges, entretien, procès, tribunal, justice, Jérôme Rodrigues, Christophe Dettinger, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik