France
URL courte
3120
S'abonner

L’intervention militaire française au Tchad contre l'UFR contredit une déclaration du Président français faite en novembre 2017 au Burkina Faso, affirme le journal allemand Deutsche Welle. Emmanuel Macron avait alors expliqué faire partie «d'une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables».

Suite aux frappes menées par l'armée française début février au Tchad, le journal allemand Deutsche Welle a rappelé les propos tenu par Emmanuel Macron en novembre 2017 devant les étudiants de l'Université de Ouagadougou au Burkina Faso.

Le Président de la République avait alors avoué faire partie «d'une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables».

«Je suis d'une génération où on ne vient pas dire à l'Afrique ce qu'elle doit faire, quelles sont les règles de l'État de droit», avait-il ajouté.

Selon le quotidien allemand, ce discours a laissé «apparaître l'espoir» que les interventions de la France «empreintes du lien colonial n'étaient plus que du passé».

C'est pourquoi, pour les journalistes de Deutsche Welle ainsi que pour Roland Marchal, un spécialiste de l'Afrique au Centre national de la recherche scientifique à Paris cité dans l'article, les frappes menées début février «donnent l'impression de contredire les déclarations du président Macron».

«L'intervention au Tchad et puis aussi ce qui se passe avec les forces spéciales en Libye aujourd'hui, et qui demeure beaucoup moins public, ce n'est pas exactement ce qu'il [Macron, ndlr] racontait devant les étudiants au Burkina Faso», explique Roland Marchal à Deutsche Welle.

Le 3 février dernier, des Mirage 2000 français ont procédé à des manœuvres d'intimidation avant d'ouvrir le feu sur des pickups rebelles en provenance de Libye. Des bombardements qui n'ont pas, semble-t-il, stoppé la progression de la colonne. De nouvelles frappes ont eu lieu entre le 5 et le 6 février derniers: on parle au total d'une vingtaine de bombes de précision larguées sur les rebelles de l'Union des forces de la résistance (UFR) qui ont failli renverser, en 2008, Idriss Deby. Selon Paris, N'Djamena a demandé à la France son soutien militaire.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
France, Tchad, Burkina Faso, Emmanuel Macron, frappe aérienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook