France
URL courte
15228
S'abonner

À Marseille, trois hommes, qui se sont présentés comme étant des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC), ont été pris à leur propre piège. Ils ont en effet attaqué, par hasard, un policier en civil, délit pour lequel ils ont simplement écopé d’une amende et ce malgré le fait d’être déjà connus des services de police.

Une décision judiciaire a déjà été prise suite à cette histoire insolite qui s'est déroulée à Marseille, où trois hommes se sont fait passer pour des policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) afin de braquer un homme.

Néanmoins, il s'est avéré que leur victime était elle-même un policier en civil. Ces faux policiers ont a été condamnés à une simple amende, alors qu'ils auraient pu faire l'objet d'une condamnation pour usurpation de fonction, relate le site Actu17.

Selon la presse locale, le procureur a choisi de poursuivre les malfaiteurs pour détention de gyrophare bleu, infraction sanctionnée d'une simple contravention. Arrêtées par leur victime, nul ne sait quelles étaient les intentions des trois personnes qui ont confié avoir «fait ça pour rire».

Le trio âgé de 19, 25 et 29 ans, déjà connu des services de police, a le mercredi 13 février, à bord d'un véhicule équipé d'un gyrophare bleu, fait signe à un automobiliste de s'arrêter sur le bas-côté. Celui-ci, un policier de la BAC de Marseille, rentrait chez lui à bord de sa BMW. Il a alors fait preuve de sang-froid; il a sorti son arme et a lancé aux trois malfaiteurs: «la BAC c'est moi». Les faux policiers ont alors essayé de prendre la fuite, mais ils ont été interpellés après une poursuite de huit kilomètres.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
interpellation, braquage, police, amende, Marseille, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik