Ecoutez Radio Sputnik
    Un scientifique (image d'illustration)

    Ce médicament que la France vient d’interdire car il provoque des crises cardiaques

    © AP Photo / Wong Maye-E, File
    France
    URL courte
    5320

    Le médicament antitussif Pneumorel a été totalement retiré du marché français et son autorisation de mise sur le marché a été suspendue, car ce remède à base de fenspiride est susceptible de provoquer des crises cardiaques, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

    Les médicaments Pneumorel pour traiter la toux ont été retirés du marché à cause d'un risque de crise cardiaque, relate l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Ainsi, par mesure de précaution, il est demandé aux personnes qui détiennent encore ces médicaments de ne plus les utiliser et de les rendre en pharmacie.

    «Pour les patients qui auraient déjà utilisé ces médicaments, il n'y a plus aucun risque dès lors que le traitement est arrêté, et ce, que le patient ait ou non présenté des symptômes cardiaques lors de son traitement par Pneumorel», précise l'agence sanitaire sur son site.

    Après des cas de troubles du rythme cardiaque liés au fenspiride, l'ANSM et l'Agence européenne des médicaments (EMA) ont demandé la mise en place d'études expérimentales complémentaires.

    La décision de rappel des médicaments a été prise par le laboratoire Servier, en accord avec l'ANSM. Une substance active de ce remède, le fenspiride, suite à de nouvelles études non cliniques, a été identifiée comme pouvant provoquer des troubles du rythme cardiaque. Le choix est également justifié par le fait que ce médicament n'est pas un remède indispensable.

    En 2018, 360.000 flacons et 130.000 boîtes de comprimés ont été vendus, fait savoir l'AFP. Aucun décès lié à l'utilisation du Pneumorel n'a été enregistré.

    Tags:
    maladies, santé, laboratoire, patients, crise cardiaque, risques, médicaments, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik