Ecoutez Radio Sputnik
    LREM

    Malgré sa mise au ban, Sputnik garde ses colonnes ouvertes aux candidats LREM

    © AFP 2019 GEOFFROY VAN DER HASSELT
    France
    URL courte
    22385
    S'abonner

    La rédaction de Sputnik est attristée par la déclaration de Stéphane Séjourné, directeur de campagne de LREM, qui refuse de nous accréditer pour la campagne de son parti aux élections européennes.

    Une des raisons de l'échec de l'Union soviétique était liée à la peur de la libre circulation de l'information. Tout le monde sait que, dans les années 70, l'intelligentsia soviétique écoutait en cachette la Voix de l'Amérique. Il était en effet difficile pour l'État de se faire respecter, alors qu'il fallait écarter ou marginaliser toutes les alternatives médiatiques pour que le storytelling officiel reste crédible. L'ironie du sort voudra que l'histoire se reproduise en France: un parti au pouvoir désigne «des voix ennemies» qui sèment la discorde, vieux cliché propagandiste soviétique.

    La démarche n'est pas nouvelle. Notre première demande d'entretien avec Emmanuel Macron date du printemps 2016, au moment de l'annonce officielle du lancement de son mouvement politique, En Marche. Ce n'est que 10 mois plus tard, en février 2017, que le quartier général du futur Président s'est finalement intéressé à Sputnik pour… l'accuser de propager des fake news contre son candidat à la présidentielle. Même si ces accusations ont par la suite été démenties (notamment par Libération).

    Par la suite, le mouvement politique d'Emmanuel Macron n'a pas hésité à nous menacer de poursuites judiciaires, suite à l'enquête menée et publiée par Sputnik concernant les médailles décernées à des proches de l'actuel Président, du temps où il était secrétaire général adjoint à l'Élysée ou ministre de l'Économie. Mais voilà, l'affaire n'a jamais été démentie et En Marche… a lâché l'affaire.

    C'est ainsi que le parti s'est fait passer auprès de son électorat pour une victime, n'hésitant pas à créer l'amalgame entre Sputnik et ses adversaires politiques qui, eux, ont continué à nous accorder des entretiens pendant la campagne électorale. Cela a en effet été le cas de toutes les forces politiques majeures du pays: du PS au FN, en passant par le Centre et les écologistes.

    Même s'il semble que Stéphane Séjourné ait décidé de se poser à la fois en victime et en agresseur, nous refusons de rentrer dans ce jeu. Nous refusons de classer les candidats entre fréquentables et infréquentables.
    Ils sont tous bienvenus à l'antenne de Sputnik, sur notre chaîne YouTube et dans nos pages, quelles que soient leurs convictions, pourvu qu'ils soient prêts à en débattre. Les députés LREM qui ont déjà accepté nos demandes d'interviews peuvent en témoigner.

    Malgré cette décision regrettable du parti de gouvernement, la liberté de la presse en 2019 ne dépend pas uniquement d'accréditations. Raison pour laquelle nous sommes déterminés à couvrir la campagne électorale, tout comme les autres événements politiques.

    La rédaction de Sputnik

    Tags:
    mise au ban, élections européennes, appel, censure, La République en Marche! (LREM), Elysée, Stéphane Séjourné, Emmanuel Macron, URSS, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik