Ecoutez Radio Sputnik
    Eric Drouet est arrivé au Tribunal pour son procès, le 15 février 2019

    Procès d’Éric Drouet: «Chaque Gilet jaune est responsable de lui-même»

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    12175

    Lors d’un échange avec le procureur à son procès pour organisation de manifestations non déclarées, la figure emblématique du mouvement Gilets jaunes Éric Drouet a déclaré être juste un «relais des autres Gilets jaunes», mais que le mouvement «n’a pas de leader» ou de «meneur».

    Lors de son procès pour «organisation de manifestations sans déclaration préalable» les 22 décembre et 2 janvier, cette figure des Gilets jaunes a eu un échange tendu avec la présidente du tribunal et le procureur.

    D'abord, elle a noté les éléments qui pourraient prouver la responsabilité de l'homme, selon L'Obs. Pour le rassemblement du 22 décembre, des messages trouvés dans son téléphone dans lesquels il confirme à un manifestant que leur rendez-vous est à Paris. Pour le 2 janvier, ce sont les posts Facebook qui annoncent: «C'est demain les amis», «nous irons ou nous voudrons aller», «on va tous y aller sans gilet», «ce soir on ne va pas faire une grosse action, mais faut choquer un peu l'opinion publique».

    Peu après, le procureur intervient et interroge le Gilet jaune sur la question des débordements lors des manifestations non-déclarées à Paris. En réponse, la figure des Gilets jaunes déclare, cité par le média: «Je ne suis pas responsable de tout Paris.»

    Le procureur poursuit: «C'est bien le problème! Mais l'objectif n'est-il pas de permettre aux autorités de s'assurer qu'il n'y ait pas de débordements?»

    «Non. Je ne suis pas responsable. Chaque Gilet jaune est responsable de lui-même. Il n'y a pas de leader. Pas de meneur», rétorque M.Drouet, niant la responsabilité d'organiser des manifestations illégales.

    Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis contre Éric Drouet, figure du mouvement des Gilets jaunes, jugé vendredi à Paris pour «organisation de manifestations sans déclaration préalable» les 22 décembre et 2 janvier.

    Le 2 janvier, Éric Drouet avait été arrêté près des Champs-Élysées, encadré par des policiers hués par des Gilets jaunes. Le lendemain, à sa sortie de garde à vue, il avait dénoncé une interpellation «politique», affirmant qu'il devait juste rencontrer d'autres Gilets jaunes pour un «rendez-vous au restaurant». Son arrestation montrait, selon lui, une volonté de «bâillonner» la contestation.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Impact des Gilets jaunes sur l'économie: l'Insee conteste les chiffres du gouvernement
    Ils se battent à bord d’un avion Ryanair à cause d’une femme aux pieds nus (vidéo)
    Tags:
    responsabilité, Eric Drouet, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik