Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers avec des LBD lors d'une manifestation des Gilets jaunes (Image d'illustration)

    Un photographe blessé au ventre par un LBD 40 lors de l’acte 14 (vidéo)

    © AFP 2019 Valery HACHE
    France
    URL courte
    7138

    Lors de l’acte 14 des Gilets jaunes à Nantes, un jeune homme, qui a confirmé dans un entretien à Sputnik être un photographe amateur, a été touché au ventre par un tir de LBD 40. Malgré ses blessures, il s'engage à continuer de couvrir les manifestations, lesquelles vont selon lui «entrer dans l'histoire des mouvements sociaux».

    Un jeune homme «portant un blouson bleu flashy» a reçu un tir de LBD 40 au ventre lors de l'acte 14 des Gilets jaunes. Il a publié sur Facebook des photos montrant sa blessure et une vidéo prise sur le lieu de l'incident.

    Sputnik a réussi à contacter le photographe qui a confirmé ces informations et a détaillé le déroulement des événements. Le jeune homme, qui s'appelle Marc et vient de Quimper, couvre «à ses heures perdues» tous les samedis les manifestations des Gilets jaunes en Bretagne, lorsqu'il ne prend pas soin d'handicapés.

    «Ce week-end du 16 février, j'ai décidé d'aller couvrir la manifestation à Nantes, toujours équipé de mon voyant blouson bleu à damier et casque avec grosse inscription "Photo", histoire d'être toujours bien visible», raconte-il.

    Vers 16h30, Marc filmait les policiers de la BAC qui suivaient le cortège en passant entre les terrasses des restaurants et bars avec de nombreuses personnes attablées.

    «J'étais donc bien voyant, poursuit-il, car assez proche d'eux. (…) La BAC décide alors de se déplacer dans une petite rue perpendiculaire et de reculer un peu pour éviter la confrontation avec les manifestants. La BAC continuant à reculer, je décide de filmer la scène à 16h38, 4 secondes plus tard, gros choc au ventre, je m'écroule, tellement j'ai mal et le souffle coupé».

    Une équipe de street medics d'Angers était alors présente sur les lieux et est parvenue à l'évacuer de la zone.

    «On m'allonge au sol, me dit de respirer, que ça va aller. On me conseille d'aller à l'hôpital, une dame me donne un verre d'eau, des personnes viennent voir comment je vais. Une fois repris mes esprits, je décide de continuer à couvrir la manif, malgré la douleur».

    De son propre aveu, il a décidé de couvrir le mouvement des Gilets jaunes «car il trouve qu'il va entrer dans l'histoire des mouvements sociaux», et il veut «pouvoir être là et montrer ce qu'il s'y passe». «J'y participe à ma façon, même si je ne mets pas le gilet», conclut-t-il.

    Le débat sur le sujet des violences policières a été lancé au Parlement européen par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), les Verts et la Gauche unitaire européenne (GUE) et a principalement concerné la situation en France avec les manifestations des Gilets jaunes.

    L'eurodéputée Génération.s Isabelle Thomas a tenu à souligner le 11 février à Strasbourg que depuis trois mois en France «un mouvement social populaire fait l'objet d'une répression systématique et disproportionnée». Elle a également rappelé que les États européens à l'exception de la France, de la Pologne et de la Grèce avaient banni l'usage des LBD et des grenades lacrymogènes explosives qui causent, selon elle, «des blessures de guerre».

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Une source diplomatique explique le but de l’arrivée de militaires russes à Caracas
    Tags:
    LBD (lanceur de balles de défense), Nantes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik