France
URL courte
Par
11558
S'abonner

À trois mois des élections européennes, Sputnik France a reçu Florian Philippot, le président des Patriotes. Ardent défenseur du Frexit et de la sortie de l’euro, il compte bien profiter de cette période de débats électoraux pour avancer ses arguments, alors qu’une poussée souverainiste se fait sentir sur le Vieux Continent. Entretien.

«J'en ai marre de voir le patriotisme échouer en France. J'en ai marre de le voir se dévoyer dans des stratégies électoralistes de court terme, comme le fait totalement le Rassemblement national.»

Le parti de Marine Le Pen s'appelait encore Front national quand, en septembre 2017, Florian Philippot, alors numéro 2 du parti, en a claqué la porte. Dans la foulée de sa démission, il a lancé la formation politique des Patriotes. Crédité de 1% des intentions de vote, le jeune parti s'est fixé pour objectif 5% des suffrages et l'obtention d'élus. Si la sortie de l'Union européenne et de l'euro fait toujours peur à une majorité de Français, Florian Philippot veut mettre le sujet au cœur du débat politique des prochains mois. «40% des Français sont désormais pour le Frexit, ce chiffre me met beaucoup de baume au cœur, car il n'a jamais été aussi haut» se félicite-t-il. Mais comment convaincre les 60% restants? Nous avons reçu le président des Patriotes afin qu'il expose ses arguments. Interview.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
élections européennes, politique industrielle, souverainisme, gilets jaunes, souverainiste, baisse des marchés, patriotisme, pouvoir d'achat, finances, souveraineté, marché boursier, marchés, bourse, emploi, crise économique, politique, élections, Traité de Maastricht, chômage, économie, élections européennes 2019, Brexit, Ligue, Rassemblement national (RN), La République en Marche! (LREM), La France insoumise (LFI), UPR (Union Populaire Républicaine), Ligue du Nord (parti italien), Banque centrale européenne (BCE), Union européenne (UE), Donald Trump, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Matteo Salvini, Florian Philippot, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Angleterre, Suisse, Bruxelles, Italie, Londres, Europe, Paris, France, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook