Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Source à l'Élysée: la présidence ne réagira pas au rapport sénatorial sur Benalla

    © AP Photo / Thibault Camus
    France
    URL courte
    13228

    La présidence de la République française ne réagira pas au contenu du rapport de la Commission d’enquête du Sénat «par respect de la séparation des pouvoirs», a indiqué une source à l'Élysée à laquelle se réfère Reuters.

    La réaction de l'Élysée au contenu du rapport de la Commission d’enquête du Sénat ne suivra pas «par respect de la séparation des pouvoirs», a annoncé ce mercredi une source à la présidence de la République citée par Reuters. 

    En revanche, toujours selon la même source, l'Élysée réagira «prochainement» aux propositions formulées dans le rapport.    

    «L'Élysée va prendre connaissance du rapport sénatorial et réagira prochainement aux propositions qui sont formulées par ce dernier», a-t-elle notamment dit.

    Plus tôt dans la journée, Benjamin Griveaux a déclaré que l'Élysée apporterait des «réponses factuelles aux contrevérités contenues dans le rapport du Sénat». Il a toutefois reconnu ne pas avoir lu le rapport en question.

    La commission des lois du Sénat a dévoilé ce mercredi son rapport d'enquête sur l'affaire Benalla, du nom de l'ex-chargé de mission à l'Élysée soupçonné d'avoir menti sous serment. Dans les heures qui ont suivi, la parquet de Paris a ouvert une enquête pour «entrave à la manifestation de la vérité». Il risque cinq ans de prison pour parjure. Il a été incarcéré mardi soir à la prison de la Santé pour avoir violé une condition de son contrôle judiciaire.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    proposition, réaction, rapport, Alexandre Benalla, Benjamin Griveaux, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik