Ecoutez Radio Sputnik
    Lille

    La maire de Lille laisse éclater sa colère contre deux ministres venues en visite surprise

    CC0 / Pixabay
    France
    URL courte
    21743

    La maire de Lille, Martine Aubry, n'a pas apprécié avoir été informée au dernier moment de la visite dans la ville des ministres de la Santé et de la Justice.

    Martine Aubry, la maire de Lille, a reproché à deux ministres, venues inaugurer le centre national de ressources et de résilience au centre hospitalier régional universitaire (CHRU), d'avoir été mise au courant de ce voyage à la dernière minute. Et elle n'a pas mâché ses mots.

    «On ne prévient pas l'ancien monde dont je suis», s'est-elle indignée, filmée par des journalistes de 20 minutes.

    Martine Aubry a déclaré sans ambages à Nicole Belloubet, ministre de la Justice, et Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qu'elle n'appréciait pas ce genre de visite.

    «Je suis maire de Lille, présidente du CHRU. Je n'ai pas été prévenue de votre visite, sauf hier soir par le préfet, ce que je trouve quand même inacceptable. Je vous le dis comme je le pense», a-t-elle martelé.

    Avant de tacler le gouvernement d'Emmanuel Macron dans son ensemble et de souhaiter une bonne visite aux deux ministres.

    «Je suis habituée. C'est comme ça en permanence avec ce nouveau gouvernement.»

    La visite de Nicole Belloubet et Agnès Buzyn, venues vendredi à Lille pour inaugurer le centre national de ressources et de résilience du CHRU, a été marquée par un rassemblement d'infirmiers et de médecins, ainsi que de Gilets jaunes.

    Lire aussi:

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue
    Plusieurs Roms lynchés dans les banlieues de Paris pour des fausses rumeurs (vidéos choc)
    Souveraineté d’Israël sur le Golan: Riyad commente la décision de Trump
    Tags:
    ministre, visite, maire, gilets jaunes, gouvernement, 20 Minutes, Agnès Buzyn, Nicole Belloubet, Martine Aubry, Emmanuel Macron, Lille, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik