Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Griveaux

    Pour Griveaux, des Gilets jaunes viennent «casser, piller, voler, brûler, violenter»

    © AFP 2019 ludovic MARIN
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)
    28434

    Commentant le discours d'Emmanuel Macron prononcé mardi soir à l'Élysée, Benjamin Griveaux a dénoncé en conférence de presse la violence de certains individus lors des manifestations des Gilets jaunes et a affirmé qu’ils ont pour «seul objectif: casser, piller, voler, brûler, violenter, pour ne pas dire tuer, des représentants de l'ordre public».

    Après la déclaration d'Emmanuel Macron prononcée lors d'un débat avec les élus du Grand Est à l'Élysée selon laquelle «lorsqu'on va dans des manifestations violentes, on est complice du pire», le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux a également condamné la violence commise par certains individus lors des manifestations des Gilets jaunes lors d'une conférence de presse mercredi.

    Selon lui, des gens descendent dans les rues des villes françaises «avec un seul objectif: casser, piller, voler, brûler, violenter, pour ne pas dire tuer, des représentants de l'ordre public».

    «Il y a dans notre pays une liberté fondamentale qui est celle de pouvoir manifester. Il y a face à cette liberté une autre liberté importante qui est le respect de l'ordre républicain et de l'ordre public», a déclaré M.Griveaux en évoquant des heurts entre les manifestants et des représentants de l'ordre public dans plusieurs villes françaises.

    Le porte-parole du gouvernement français a aussi souligné que l'application du texte de loi contre les casseurs lors des manifestations est «urgente».

    La déclaration de Benjamin Griveaux a provoqué un tollé sur Twitter où des internautes ont appelé l'homme politique à ne pas confondre les Gilets jaunes avec les casseurs déguisés en gilets jaunes.

    Face à la taxe sur les prix du carburant, de nombreux Français sont descendus dans les rues depuis le 17 novembre 2018. Les mobilisations des Gilets jaunes ont régulièrement dégénéré en affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Les chiffres de la mobilisation annoncés par le gouvernement font l'objet de polémiques.

    En dépit des accusations de violences, selon les chiffres officiels communiqués par le ministère de l'Intérieur le 7 février 2018 à CheckNews, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, il y a eu 2.000 blessés chez les manifestants et 1.200 du côté des forces de l'ordre. Ces chiffres comprennent à la fois les blessures dues aux affrontements entre les forces de l'ordre et certains manifestants, celles subies aux abords des points de blocage et celles causées par les manifestations en elles-mêmes.

    Et d'après le recensement effectué par Mediapart, 188 manifestants auraient été blessés à la tête, 20 auraient été éborgnés et cinq auraient eu une main arrachée entre le 17 novembre 2018 et le 12 février 2019. Ce recensement est fait par une veille des journalistes et sur les déclarations des blessés.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)

    Lire aussi:

    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    victimes, police, gilets jaunes, Benjamin Griveaux, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik