France
URL courte
Grand débat national en France (2019) (54)
14639
S'abonner

Alors que les médias interrogeaient une Gilet jaune lors d’un débat dédié aux femmes, à Pessac, le chef de l'État a interpellé les journalistes, les priant d’accorder plus d’attention à sa discussion en cours avec une dame du public. La Gilet jaune a alors quitté la salle.

En visite surprise à Pessac, en Gironde, pour un débat avec des femmes, Emmanuel Macron a recadré des journalistes qui semblaient d'avantage s'intéresser à une Gilet jaune qu'à la discussion du Président avec une autre femme présente dans la salle.

«On n'est pas dans un show télévisé où il y a des bêtes étranges qui sont plus intéressantes», a déclaré le chef de l'État. «Madame parle de sujets graves, on les aborde et je vous invite à reprendre votre place», a-t-il poursuivi.

La femme qui a attiré l'attention des médias s'appelle Nathalie. Quelques minutes plus tôt, cette habitante de Marcheprime a avoué être Gilet jaune et a offert au Président un collier représentant ce symbole de la mobilisation qui dure depuis le 17 novembre. En réponse, Emmanuel Macron a accepté son cadeau, tout en refusant de le porter, expliquant qu'il avait «le droit de ne pas mettre un collier gilet jaune et de ne pas mettre de gilet jaune».

À la fin de la prise de parole de Nathalie, de nombreux journalistes l'ont entouré dans un coin du gymnase pour l'interroger. Suite à la phrase lancée par Emmanuel Macron aux représentants des médias, la femme a quitté la salle.

Dossier:
Grand débat national en France (2019) (54)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Tags:
grand débat, gilets jaunes, Emmanuel Macron, Pessac, Gironde, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook