Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Fake news de Macron? Paris travaillerait depuis des mois au retour des djihadistes

    © AFP 2018 Michel Euler / POOL / AFP
    France
    URL courte
    14125

    Alors que le Président a insisté sur l’absence de programme de retour de djihadistes français, Mediapart en divulgue trois retenus par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, dont un avait reçu le feu vert de l’Élysée et de Matignon, mais a été rejeté, selon ses sources, par Emmanuel Macron.

    Au cours d’un débat à l’Élysée avec des élus de la région Grand Est, le Président français a affirmé qu’à ce jour dans l’Hexagone, il n’existait pas de programme de retour des djihadistes français détenus en Syrie ou en Irak.

    «La France a toujours eu la même doctrine, qui consiste à dire que ceux qui, dans un théâtre de guerre, ont été incarcérés, en l'espèce par les FDS [Forces démocratiques syriennes, ndlr] en Syrie et/ou par les autorités irakiennes, sont d'abord et avant toute chose judiciarisés dans ces pays lorsqu'on reconnaît la justice», a-t-il notamment déclaré.

    Et d’ajouter que contrairement à ce qu’il avait pu lire ou entendre, «il n'y a pas de programme de retour des djihadistes». Or, selon le média d’investigation Mediapart, cette dernière information est fausse.

    «Contrairement à ce que vient d’affirmer le chef de l’État, les services des ministères des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice travaillaient bien depuis l’automne 2018 au retour des djihadistes détenus par les Kurdes de Syrie. Et ce, avant même l’annonce péremptoire de Donald Trump mi-décembre du retrait des troupes américaines», affirme dans sa publication Mediapart.

    Selon ce média, la nécessité d’anticiper le rapatriement des djihadistes français a été abordée le 14 novembre par le conseil de Défense et de Sécurité nationale (CDSN). Pourtant, d’après les informations de Mediapart, après le tweet de Trump, le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale a soumis à la présidence les options préconisées par les différentes administrations.

    Et, en accord avec les ministères concernés, le secrétariat arrête son choix sur trois options: un rapatriement pris en charge «de bout en bout» par les Américains, celui géré par la France ou bien le scénario selon lequel les hommes ayant commis des exactions prouvées en Syrie y seront jugés, quant au reste, ils seront transférés en France via l’Irak.

    Le rapatriement américain a été jugé comme étant l'option la plus réaliste et la plus facile à mettre en œuvre et comportant le moins de risque juridique, explique Mediapart, ajoutant que «l’Élysée et Matignon ont donné leur accord pour que contact soit pris par les ministères des Affaires étrangères et de la Défense avec les États-Unis afin de discuter du programme de retour des djihadistes français. Les Américains ont répondu favorablement. L’opération devait être pilotée par le JSOC (le Joint Special Operations Command, le commandement chargé de coordonner les différentes unités des forces spéciales de l'armée américaine)».

    Néanmoins en février, un haut fonctionnaire a appris à ce média que le Président avait bloqué le programme. Ayant sollicité l’Élysée à ce sujet, Mediapart n’a pas reçu de réponse.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Impact des Gilets jaunes sur l'économie: l'Insee conteste les chiffres du gouvernement
    Ils se battent à bord d’un avion Ryanair à cause d’une femme aux pieds nus (vidéo)
    Tags:
    djihadisme, retour, présidence, Mediapart, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik