Ecoutez Radio Sputnik
    Hijab

    Un député LREM divise la majorité sur le port du voile par des petites filles (vidéo)

    © AFP 2019
    France
    URL courte
    21413

    Aurélien Taché, député LREM, a comparé sur France 5 le serre-tête des petites filles catholiques au voile des jeunes musulmanes. Cette association est sujette à de vifs débats dans le milieu politique français. Les élus LREM devraient discuter du propos ce lundi soir.

    Aurélien Taché, député La République en marche (LREM) du Val-d'Oise, était invité samedi 2 mars sur le plateau de l'émission C l'hebdo, sur France 5, pour débattre la vente du hijab de running que Decathlon a finalement refusé de commercialiser.

    «Vous me posez cette question pour une jeune fille de 12 ans qui porterait le voile et donc qui serait élevée dans une famille musulmane, est-ce que vous me poserez la question sur une famille catholique et une jeune fille à qui on met un serre-tête? Bien sûr que non», a-t-il déclaré.

    Cette comparaison a suscité plusieurs réactions de la classe politique française, la plupart des intervenants ayant critiqué les propos de l'élu.

    «Il nous faut cesser cette forme de relativisme. […] Aucune femme dans le monde ne sera lapidée parce qu'elle a refusé de porter un serre-tête», a déclaré Marlène Schiappa au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

    Aurore Bergé, députée des Yvelines et porte-parole de LREM a aussi rejoint cette discussion:

    Son collègue du Cher, François Cormier-Bouligeon, a été plus direct dans son commentaire:

    Agnès Thill, députée LREM de l'Oise, estime en outre qu'Aurélien Taché devrait présenter ses excuses:

    Visé par les critiques, l'intéressé a publié un communiqué de presse pour s'excuser, soulignant qu'il voulait «rappeler que donner une éducation religieuse ou non à ses enfants est du ressort exclusif des familles, quelle que soit la confession concernée».

    «Le rôle de la République et de l'école est de donner à toutes les jeunes femmes de ce pays les armes et les moyens de choisir leur vie et de suivre ou non l'éducation familiale qu'elles ont reçue […], mais il [ne lui] appartient pas de juger les pratiques religieuses de [s]es concitoyens, tant qu'elles s'inscrivent dans le respect des lois», a poursuivi M.Taché.

    Suite à la polémique, le bureau exécutif de La République en marche débattra lundi soir de manière informelle des propos d'Aurélien Taché, a annoncé l'AFP, se référant à plusieurs sources au sein du parti présidentiel.

    La semaine dernière, face à la polémique suscitée dans la sphère politique qui a unanimement dénoncé une atteinte à l'image de la femme, le magasin de sport Decathlon a renoncé à commercialiser son hijab (voile musulman) pour la course à pied.

    Decathlon avait dans un premier temps expliqué sur Twitter la commercialisation de cette article par la nécessité de répondre à une demande et ainsi «rendre la pratique du sport plus accessible, partout dans le monde. Ce hijab était un besoin de certaines pratiquantes de course à pied, et nous répondons donc à ce besoin sportif».

    Lire aussi:

    L’Iran déclare avoir envoyé un «message clair» aux USA en abattant leur drone
    L'Iran a abattu un drone espion américain près du détroit d’Ormuz
    Deux ministres français épinglés pour fake news en moins de 24 heures
    Tags:
    voile, polémique, religion, La République en Marche! (LREM), France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik