Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Dupont-Aignan

    NDA sur la vente d'ADP: «cela participe d'une république bananière»

    © AFP 2019 Lionel Bonaventure
    France
    URL courte
    Maxime Perrotin
    18472

    Bruno Le Maire ne reviendra pas sur le projet de privatisation d'Aéroport de Paris, un actif de l'État pourtant rentable et aux prévisions prometteuses. Connu pour avoir dénoncé les abus de la privatisation des sociétés d'autoroutes, Nicolas Dupont-Aignan n'a pas de mots assez durs pour qualifier les projets du gouvernement d'Édouard Philippe.

    «L'exécutif vend au plus offrant des éléments essentiels de l'indépendance de la France. Le gouvernement hollandais garde la propriété du grand aéroport d'Amsterdam Schiphol et nous on va l'abandonner [Aéroports de Paris, ndlr] pour rien! En plus, c'est une mauvaise affaire financière, puisqu'on va perdre une source de revenus importante pour la remplacer par des fonds placés à 2%, qui ne rapporteront rien», s'emporte Nicolas Dupont-Aignan au micro de Sputnik France.

    Le président de Debout la France (DLF), fustige «un scandale de souveraineté», alors que nous l'interrogeons à ce sujet en marge de la présentation, le 28 février, de son projet de coalition pour les élections européennes.

    Il faut dire que le député de l'Essonne, connu pour ses prises de position contre les privatisations des autoroutes, est particulièrement remonté contre celles prévues dans la loi «Pacte». Un volet de ce projet de loi, rejeté par le Sénat au début du mois de février, prévoit en effet la cession des participations de l'État dans de grands groupes publics, au premier rang desquels la société Aéroports de Paris (ADP), la Française des jeux (FDJ) ou encore Engie (ex-GDF Suez).

    L'élu évoque ainsi les 300 millions euros annuels que le gouvernement espère retirer du nouveau fonds pour l'innovation et l'industrie. Un fonds doté de 10 milliards d'euros, alimenté par privatisations. Un montant, pour l'heure hypothétique, bien loin du montant des dividendes que touche l'État grâce à ADP, la FDJ et Engie.

    En 2017, ces entreprises ont ainsi rapporté à l'État près de 850 millions d'euros de dividendes (1,4 milliard et 1,5 milliard respectivement en 2016 et 2012), des chiffres que mettait en avant le député de l'Essonne en septembre dernier, lorsqu'il interpellait à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie, fustigeant une «absurdité financière totale».

    «On en a assez de voir brader notre souveraineté!», fulmine Nicolas Dupont-Aignan au micro de Sputnik, estimant que ce projet, «très grave […], participe à un conflit d'intérêts, participe d'une république bananière».

    Le président de DLF met en garde le gouvernement d'Édouard Philippe contre «la plus mauvaise affaire que l'on ait connue depuis la privatisation des autoroutes.» L'opération est en effet controversée: elle a été entérinée au début des années 2000, alors que les autoroutes venaient enfin de devenir profitables pour l'État. Des actifs qui depuis offrent une «rentabilité exceptionnelle» aux sociétés concessionnaires, pour reprendre les mots de l'Autorité de la Concurrence dans un rapport de septembre 2014.

    Une rentabilité sur laquelle est revenu le Canard enchaîné dans son édition du 30 janvier, en mettant en avant le chiffre des dividendes versés aux actionnaires: 1,7 milliard d'euros pour la seule année 2017.
    Le palmipède souligne ainsi que la somme des dividendes reversés par ces entreprises à leurs actionnaires depuis 2006- date de la privatisation des six sociétés d'économie mixte concessionnaires d'autoroutes (SEMCA) «historiques»- excède la somme déboursée à l'époque pour acquérir les concessions autoroutières.

    «Si l'État n'avait pas privatisé dans les conditions où il l'a fait, il aurait aujourd'hui encaissé plus d'argent et continuerait même de recevoir des dividendes qui, désormais lui sont interdits!» assène le Canard Enchainé.

    Aujourd'hui, Bruno Le Maire tient à éviter tout rapprochement avec ce cas d'école qui ressurgit régulièrement dans la presse. Lors d'un entretien accordé à La Tribune, mi-février, le ministre de l'Économie se défendait de vouloir effectuer toute «privatisation sèche» d'ADP, évoquant une opération «très proche de la délégation de service public», sous la forme d'une concession de 70 ans.

    Le locataire de Bercy met en avant «un cahier des charges volontairement contraignant» ainsi que «l'accord explicite de l'État» que les futurs gestionnaires devront demander lors des révisions de tarifs tous les cinq ans, afin «de ne pas renouveler les erreurs commises lors de la cession des autoroutes».

    Des arguments du ministre de l'Économie qui ne convainquent pas Nicolas Dupont-Aignan. Il souligne le rejet par le Sénat du volet de la loi «Pacte» dédié aux privatisations, ainsi que de la mobilisation, au-delà des clivages politiques traditionnels, contre cette décision du gouvernement. L'élu de l'Essonne évoque notamment la pétition lancée par la journaliste et essayiste Coralie Delaume. Pétition qui, ce 04 mars, a franchi la barre des 80.000 signataires.

    Autant d'initiatives qui risquent toutefois de rester vaines, Bruno Le Maire ayant rappelé qu'il ne «reviendrait pas» sur le projet de privatisation d'ADP. Face aux critiques, le ministre de l'Économie se félicite de vendre à un moment «où ADP se porte bien», défendant l'idée d'un État «stratège plutôt qu'un État rentier». Tous les voyants sont en effet au vert pour le transport aérien. En progression constante ces dernières années, le nombre de passagers dans le monde pourrait même doubler d'ici 2037, d'après les projections de l'Association du transport aérien international (IATA), atteignant ainsi 8,2 milliards de voyageurs annuels. Deuxième hub européen, avec 105 millions de passagers en 2018 (4 millions de plus qu'en 2017), les aéroports parisiens ont donc de très beaux jours devant eux. Pourquoi dès lors les vendre, s'interroge Nicolas Dupont-Aignan?

    «Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui vend un appartement qui lui rapporte 8% pour placer ses économies dans une banque qui lui rapporteront 2%? […] Si vous connaissez quelqu'un d'aussi con, bah dites-moi! Soit il est con, soit il est malhonnête, je ne sais pas, je lui laisse le choix…» conclut Nicolas Dupont-Aignan.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    aéroport, loi Pacte, privatisation, Debout la France, Aéroports de Paris (ADP), Française des jeux (FDJ), Association internationale du transport aérien (IATA), ENGIE (ex-GDF Suez), Coralie Delaume, Bruno Le Maire, Nicolas Dupont-Aignan, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik