Ecoutez Radio Sputnik
    L'Assemblée nationale française

    Castaner contre-attaque face aux accusations du député matraqué, LFI quitte l’hémicycle

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)
    15274

    Évoquant devant l’Assemblée nationale le cas des violences policières, Loïc Prud'homme, le député Insoumis qui affirme avoir été matraqué par les forces de l’ordre, s’est adressé à Christophe Castaner pour demander le départ du préfet de Gironde. Suite à la réponse du ministre, les députés La France Insoumise ont quitté l’hémicycle.

    Le député La France insoumise de Gironde Loïc Prud'homme, qui affirme avoir été victime de violences policières alors qu'il quittait pacifiquement la manifestation des Gilets jaunes à Bordeaux, a dénoncé ce fait devant l'Assemblée nationale en s'adressant au ministre de l'Intérieur pour exiger le départ du préfet de Gironde.

    Pour lui, l'incident est la preuve d'un glissement autoritaire de la part du gouvernement.

    «Ceci est révélateur de la dérive autoritaire de votre gouvernement. Chaque samedi de plus en plus des citoyens et citoyennes pacifiques sont frappés, mutilés, mis en garde à vue avec une doctrine de maintien de l'ordre qui ne fait qu'exacerber la violence», a lancé M. Prud'homme.

    Avant d'ajouter:

    «Dois-je me cacher pour éviter la répression politique et l'arbitraire?»

    Christophe Castaner a ensuite critiqué le comportement de Loïc Prud'homme.

    «Il me semble que ce n'est pas la place d'un député que d'être dans un lieu interdit pour une manifestation, et que ça n'est pas l'attitude d'un député que de se retourner, de provoquer, de baisser le bouclier de protection des forces de l'ordre», a-t-il déclaré.

    Tandis que les applaudissements de la majorité ont accompagné les mots du ministre, les députés La France Insoumise quittaient l'hémicycle en criant «honte à vous».

    À son retour, après la séance des Questions au gouvernement, le chef de file des députés Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a jugé ces applaudissements «extrêmement choquants».

    «Il n'est pas acceptable que le ministre de l'Intérieur envoie un message qui crée un trouble ou donne le sentiment que l'on puisse légitimer de frapper un député», a-t-il affirmé.

    Plus tard, le député girondin matraqué a répondu sur son compte Twitter au ministre de l'Intérieur en reprochant à Christophe Castaner de le traiter «de menteur et de provocateur».

    Dans une vidéo réalisée alors qu'il quittait les lieux de la mobilisation, Loïc Prud'homme affirme avoir été «matraqué par les forces de l'ordre» alors qu'il «rentrait tranquillement récupérer [son] vélo», montrant une oreille ensanglantée.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (181)

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Tags:
    accusations, débats, report, gilets jaunes, émeutes, violences policières, matraques, députés, La France insoumise (LFI), Assemblée nationale française, Loïc Prud'homme, Christophe Castaner, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik