France
URL courte
361253
S'abonner

Le slogan «Liberté, égalité, beau fessier» de la marque Le Temps des cerises a provoqué la fureur du maire socialiste des Lilas, Daniel Guiraud, qui l’a trouvé sexiste, réduisant à son postérieur l’image de la femme. Il a demandé au prestataire JCDecaux d’enlever les publicités des arrêts de bus, ce qui a été fait, selon Le Parisien.

La campagne de publicité dans les rues de sa ville de la marque de prêt-à-porter Le Temps des cerises, notamment son slogan «Liberté, égalité, beau fessier», a mis en colère Daniel Guiraud, maire PS des Lilas.

«C'est l'image de la femme ramenée à son cul, c'est choquant. Un stéréotype sexiste dans toute sa splendeur», s'est-il indigné auprès du Parisien.

Le maire a considéré comme «circonstance aggravante», le fait que ce message ait été lancé à quelques jours de la journée internationale de la femme.

«Dès lors que la publicité n'est pas sexiste, homophobe, antisémite…, c'est leur liberté de poser ces panneaux. Là, il y a une limite à leur liberté publicitaire», a déclaré au Parisien M.Guiraud.

Sa demande d'enlever les affiches a été acceptée par le groupe JCDecaux, selon lequel «aucune autre municipalité n'a demandé le désaffichage de cette campagne à date».

De son côté, la marque assure que sa campagne n'a rien de sexiste.

«La version masculine de cette publicité existe aussi pour les supports digitaux. Par manque de temps, nous ne l'avons pas fait pour la campagne avec JCDecaux. Mais c'est une campagne pensée pour les femmes et pour les hommes. Bien sûr qu'on ne réduit pas les femmes à une paire de fesses. Ce n'est pas notre image, ce ne sont pas nos valeurs. On veut mettre en avant notre savoir-faire», souligne la marque citée par Le Parisien.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Éric Drouet exfiltré du Salon de l’Agriculture lors de la visite de Macron – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
sexisme, publicité, JCDecaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook