Ecoutez Radio Sputnik
    The new logo of Thomson Reuters is seen on their Times Square building on April 17, 2008 in New York.

    Reuters France est en grève pour 24 heures

    © AFP 2018 CHRIS HONDROS / Getty Images North America
    France
    URL courte
    840

    À compter de mercredi soir à minuit et pour 24 heures, les membres de la rédaction de Reuters France ont décidé de se mettre en grève, pour protester contre les réductions d’effectifs annoncées la semaine dernière par la direction. Le secrétaire général du SNJ-CGT a expliqué à Sputnik que le syndicat fournissait un appui au personnel de l’agence.

    Pour exprimer leur désaccord face à une diminution déclarée des effectifs de plus de moitié, le personnel de Reuters a pris la décision de faire grève à partir du 6 mars à minuit, pour 24 heures. Le SNJ-CGT apporte son «soutien à la lutte menée», a indiqué à Sputnik son secrétaire général, Emmanuel Vire.

    «Les salariés de l'agence Reuters France ont décidé de se mettre en grève à partir de minuit et pour 24h afin de protester contre la volonté de la direction de supprimer 25 postes. Avec à la clé la diminution de plus de moitié du service texte en langue française. Le SNJ-CGT apporte son soutien à la lutte menée par les salariés de Reuters qui intervient alors que l'AFP a annoncé la suppression d'une centaine de postes», a notamment indiqué Emmanuel Vire.

    Selon Reuters, les grévistes comptent également signifier collectivement leur rejet de la suppression de 25 postes au sein des services de l'agence, qui aura pour principal effet de diminuer de plus de moitié le personnel affecté au service texte en français.

    Dans un message adressé à la direction, les membres de la rédaction disent «contester les raisons économiques mises en avant par la direction pour justifier ces départs, ainsi que la pertinence et l'efficacité de la réorganisation qui leur a été proposée».

    C'est la première grève à Reuters en France depuis 15 ans.

    Lire aussi:

    Possible attentat aux Pays-Bas: la police révèle l'origine du tireur présumé
    «Ici c'est Nancy, pas l'Algérie»: face-à-face tendu avec des identitaires à Nancy (vidéos)
    L'une des plus grandes bases aériennes US noyée sous les eaux (photos)
    Tags:
    licenciement, grève, Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT), Reuters, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik