Ecoutez Radio Sputnik
    ONU

    L’Onu complote contre la France? Quand les invités de Pujadas se laissent aller (vidéo)

    © REUTERS / Denis Balibouse
    France
    URL courte
    8323107

    «Qu’est-ce qui se cache» derrière la demande de l’Onu de mener une enquête sur les cas de violences policières en France? Les invités de l’émission 24h Pujadas du 6 mars semblent avoir découvert des motifs cachés à cette adresse du Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme.

    Les invités de l'émission 24h Pujadas diffusée le 6 mars sur LCI, dont plusieurs journalistes français connus, se sont penchés sur l'intervention du Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, qui a demandé à la France de mener une enquête sur les cas de violences policières pendant les manifestations des Gilets jaunes.

    Indignés du fait que la France soit associée à des pays qui, selon eux, ne respectent pas les droits de l'Homme et où des morts ont ensanglanté les manifestations, Serge Raffy, le rédacteur en chef du Nouvel Observateur, et Laurence Marchand-Taillade, présidente de Forces laïques, ont suggéré qu'il s'agit d'une «manipulation politique» de la part de l'Onu.

    «Qu'est-ce qui se cache derrière cette opération onusienne? […] Qui essaie de salir un peu plus le gouvernement français à quelques semaines de l'élection européenne?», s'est interrogé Serge Raffy.

    ​Selon lui, «il y a des jeux d'influence qui se font au niveau international». Il a rappelé que le même organe de l'Onu était déjà intervenu «pour attaquer la France dès le début sur l'affaire des Gilets jaunes».

    «C'est donc très politique. Ce n'est pas une affaire de droit», a-t-il conclu.

    Le rédacteur en chef de l'Obs ainsi que la journaliste Sophie Coignard estiment que la position de l'Onu à ce sujet amène de «l'eau au moulin de La France insoumise ou du Rassemblement national qui dénoncent ces violences policières».

    Les invités ont d'ailleurs rappelé le parcours politique de Michelle Bachelet, ancienne présidente du Chili. M.Raffy a souligné «la proximité de Mme Bachelet à une époque avec les gouvernements chavistes au Venezuela».

    «Connaissant les rapports de La France insoumise avec le Venezuela, il y a une espèce d'axe assez troublant», a indiqué M.Raffy.

    Le 6 mars, le Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a demandé à la France d'ouvrir une enquête sur «l'usage excessif de la force» pendant les manifestations des Gilets jaunes. En réagissant sur ce discours, le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, s'est étonné que la France se soit retrouvée sur «une liste entre le Venezuela et Haïti».

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    gilets jaunes, complot, LCI, ONU, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik