Ecoutez Radio Sputnik
    LBD

    13.095 tirs de LBD et 2.200 blessés: Nunez tire le bilan des 16 actes des Gilets jaunes

    © AFP 2019 MEHDI FEDOUACH / AFP
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (180)
    13130

    Le secrétaire d'État à l'Intérieur a déclaré jeudi aux sénateurs que plus de 13.000 tirs de LBD avaient été enregistrés depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes le 17 novembre. Il a accusé des «casseurs» et des «agresseurs» de provoquer le recours à cette arme.

    En se prononçant le 7 mars devant le Sénat, le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nunez a précisé le nombre de tirs de lanceurs de balles de défense (LBD) enregistrés depuis le début du mouvement des Gilets jaunes.

    «Chaque tir étant précisément enregistré, nous savons qu'il y a eu 13.095 tirs de LBD depuis le début du mouvement», a-t-il déclaré.

    Il a énuméré le nombre de blessés lors des manifestations et les enquêtes sur l'usage du LBD.

    «Au total depuis le début du mouvement dit des Gilets jaunes, on compte environ 2.200 blessés parmi les manifestants, et 83 enquêtes en cours à l'IGPN et à l'IGGN impliquant des faits concernant des tirs de LBD», a-t-il précisé.

    Le secrétaire d'État à l'Intérieur s'est exprimé à ce sujet à l'occasion de l'examen d'une proposition de loi du groupe CRCE (Communiste, républicain, citoyen et écologiste) demandant l'interdiction de l'usage des LBD lors des manifestations.

    Selon M.Nunez, «le LBD répond à la multiplication des situations où les forces de l'ordre se trouvent aux limites de la légitime défense».

    «Si nous supprimions le LBD, il ne resterait dans bien des cas que le corps à corps ou les armes de service», a-t-il ajouté.

    Selon le responsable français, des «casseurs» et des «agresseurs» provoquent le recours aux LBD.

    «S'il n'y avait pas de casseurs, s'il n'y avait pas d'agresseurs, il n'y aurait aucun tir de LBD», estime-t-il.

    Il a également déclaré qu'il y avait «près de 1.500 blessés parmi les forces de l'ordre».

    Le 6 mars, le Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a demandé à la France d'ouvrir une enquête sur «l'usage excessif de la force» pendant les manifestations des Gilets jaunes.

    Le Conseil d'État a rejeté début février la demande de suspension de l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD). Il avait été saisi par la CGT, la Ligue des droits de l'Homme, le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France, qui jugent leur usage dangereux, ainsi que des personnes blessées par des tirs à Nîmes et Montpellier.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 13 semaines de mobilisation (180)

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    LBD (lanceur de balles de défense), blessés, police, Sénat français, Laurent Nuñez, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik