Ecoutez Radio Sputnik
    Hémicycle du Sénat

    Affaire Benalla: deux proches de Macron risquent de comparaître devant le Sénat

    CC BY-SA 3.0 / Romain Vincens / Hémicycle du Sénat
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (191)
    10341

    Alexis Kholer et Patrick Strzoda risquent de comparaître devant la commission d’enquête du Sénat pour d’éventuels faux témoignages. Depuis fin octobre dernier, l’association Anticor cherche à attirer l’attention des élus sur ces faits. Le 6 mars, elle s’est adressée au président du Sénat.

    Le 6 mars, l'association anticorruption Anticor a adressé une lettre à Gérard Larcher, président LR du Sénat, afin d'appuyer sa demande de saisir la justice pour les éventuels faux témoignages d'Alexis Kholer, secrétaire général de l'Elysée, et de Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron.

    Le sénateur a répondu à cette lettre via Twitter, en assurant que le bureau du Sénat traitera la question «très sereinement » et «ne dira que le droit, rien que le droit».

    ​Sur son site, l'association rappelle qu'elle s'est adressée en octobre dernier aux présidents des commissions d'enquête du Sénat et de l'Assemblée nationale pour leur demander de saisir le parquet concernant ces faits. La présidente de la Commission d'enquête de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, a répondu qu'il ne lui était pas possible de donner une suite favorable à sa demande.

    Le sénateur LR Philippe Bas, président de la commission d'enquête du Sénat, qui n'a pas non plus donné suite à cette demande, a toutefois demandé au Bureau du Sénat de saisir le parquet des déclarations d'Alexis Kholer, de Patrick Strzoda et de Lionel Lavergne, chef du Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR). Selon M. Bas, la commission a «mis au jour dans leurs déclarations un certain nombre d'omissions, d'incohérences et de contradictions».

    Lors de son audition par les sénateurs le 26 juillet, le secrétaire général de l'Elysée a notamment déclaré qu'il n'existait «pas à l'Elysée de police parallèle» et qu'Alexandre Benalla n'avait «jamais été en charge de la protection de la présidence de la République».

    En ce qui concerne Patrick Strzoda, lequel a autorisé Alexandre Benalla à assister à la manifestation du 1er mai, il avait affirmé avoir prévenu le Président, alors en Australie, de la faute de son collaborateur et prononcé une mise à pied de 15 jours.

    La commission des lois du Sénat a dévoilé le 20 février son rapport d'enquête sur l'affaire Benalla, du nom de l'ex-chargé de mission à l'Élysée soupçonné d'avoir menti sous serment. Dans les heures qui ont suivi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «entrave à la manifestation de la vérité». Il risque cinq ans de prison pour parjure et a été incarcéré mardi soir à la prison de la Santé pour avoir violé une condition de son contrôle judiciaire.

    Dossier:
    Affaire Benalla (191)

    Lire aussi:

    Angela Merkel prise d’une nouvelle crise de tremblements (vidéo)
    Il filme l’atterrissage d’urgence de son avion quelques instants avant qu’il ne s’enflamme en Sibérie (vidéo)
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Tags:
    témoignage, enquête, Sénat français, Assemblée nationale française, Philippe Bas, Patrick Strzoda, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik