Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    Castaner compare les proviseurs à des «patrons», provoquant un tollé parmi les enseignants

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    11322

    En déplacement à Marseille, le ministre de l’Intérieur a fait une comparaison qui n’est pas passée inaperçue auprès des enseignants et syndicalistes. Dans un entretien, Christophe Castaner a parlé des proviseurs comme étant des «patrons», provoquant ainsi un tollé.

    À l'occasion d'une visite à Marseille, Christophe Castaner s'est exprimé sur les quartiers en difficulté pour le quotidien régional La Provence.

    «Si les patrons de collèges et lycées ne sont pas mobilisés, si les associations sportives et culturelles ainsi que les mairies et départements ne sont pas mobilisés, c'est comme si je rajoutais des effectifs dans des sables mouvants», a déclaré le ministre au cours de l'entretien.

    La citation a été repartagée via le compte Twitter du ministre de l'Intérieur. C'est le terme «patron» qui a attiré l'attention, notamment des enseignants et syndicalistes.

    «Les proviseurs deviennent des "patrons" (et les collèges et lycées des entreprises?) et Christophe Castaner un investisseur. Les notions d'État et de service public, elles, ont disparu», a déclaré Laélia Véron, enseignante-chercheuse spécialiste de la langue française.

    «L'Éducation Nationale n'est ni une entreprise, ni une start-up! Et encore moins avec une vision paternaliste comme le laisse ressortir votre tweet», s'insurge par ailleurs un compte de mouvement syndical.

    Les internautes se sont également exprimés sur le sujet:

    ​Des patrons.

     

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    enseignant, Christophe Castaner, Marseille, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik