Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier à Paris

    Heures sup, épuisement, morts volontaires… Le secrétaire général de Vigi y voit un lien

    © REUTERS / Pascal Rossignol
    France
    URL courte
    Anna Dedkova
    29398

    Manifestations, violences, heures supplémentaires, épuisement, vague de suicides: un nuage sombre survole la Police nationale. Dans un entretien accordé à Sputnik, le secrétaire général du syndicat Vigi Alexandre Langlois lève le voile sur l’état réel de la police et l’explique.

    C'est une série noire sur une période très courte qui endeuille la police française depuis le début de l'année. Samedi dernier, un agent de la gendarmerie a mis fin à ses jours avec son arme de service dans son bureau de la communauté de la brigade de Selles-sur-Cher (Loire-et-Cher), qui porte ainsi à cinq le nombre de policiers à se donner la mort en une semaine, et à au moins 17 depuis le début de l'année 2019.

    Plusieurs syndicats de police appellent à manifester à Paris le 12 mars pour se faire entendre. Parmi eux, Vigi, dont le secrétaire général Alexandre Langlois s'est entretenu avec Sputnik sur ce chiffre inquiétant et les moyens pour sortir de la crise.

    Interrogé sur les raisons de cette vague des suicides, le responsable évoque en premier lieu l'épuisement des policiers, qui ne profitent que d'un weekend sur six.

    «On a des cycles de travail qui ne nous permettent pas d'avoir les mêmes jours de repos chaque semaine. Donc on ne peut pas avoir une vie sociale et personnelle équilibrées. Et, au final, ça crée des divorces, des dépressions, des collègues qui tombent dans l'alcool», explique-t-il.

    Selon M.Langlois, le problème réside également dans les heures supplémentaires qui s'accumulent, même si ces horaires ne sont pas reconnus «pathogènes» par la médecine. Au bout d'un moment, les policiers «se sentent tout seuls, isolés, n'arrivent plus à voir leur famille, à avoir un équilibre vie personnelle et vie de travail», et leur situation désespérée est renforcée «par le fait que on a le sentiment d'être détourné de nos missions», en faisant des statistiques et des choses «qui sont contre notre conscience».

    «Les collègues se disent "j'ai perdu tout ce que j'avais comme vie privée à côté et, dans mon travail, je ne m'y retrouve plus" et du coup, bah commettent un geste dramatique», déplore-t-il.

    Le message que le syndicat entend faire passer aux autorités le 12 mars, c'est de reconnaître l'existence du problème. «Dans la Police nationale, c'est la police elle-même qui enquête sur les suicides dans ses rangs», déclare le responsable, et à chaque fois elle conclut par des «problèmes personnels» pour ne pas inquiéter la hiérarchie. Car tous ces problèmes ne seront pas réglés en interne, le syndicat veut être entendu par le ministre de l'Intérieur, «qui a quand même déjà plus de 20 suicides depuis qu'il a pris ses fonctions» et le directeur général de la Police nationale «plus de 60 suicides», pour qu'ils arrêtent de compter les morts et prennent des mesures.

    Concernant l'épuisement des forces de l'ordre, la sonnette d'alarme a été tirée depuis les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, révèle le syndicaliste, ajoutant qu'«on a 1.300 ans heures supplémentaires accumulées» et «comme on ne nous les paye pas, c'est gratuit pour le gouvernement, pour le moment». Pour M.Langlois, il s‘agit d'un «mépris complet» pour les policiers qui travaillent des fois 20 jours d'affilés sans repos, qui font des vacations de plus de 20 heures et qui n'ont même pas de pause lors des mobilisations des Gilets jaunes.

    «Donc, effectivement, la sonnette d'alarme, ça fait des années qu'on la tire, sauf que là, au bout d'un moment, il n'y aura même plus de sonnette à tirer, quoi. L'alarme, ça sera trop tard. Ça sera trop tard pour l'alarme», insiste-t-il.

    Le syndicaliste voit la porte de sortie de la crise dans l'embauche de plus de policiers. Mais là, le problème réside dans le salaire. M.Langlois rappelle qu'Emmanuel Macron a promis 10.000 policiers en plus sur son quinquennat, mais en 2017 et 2018, lors des deux premières années de son mandat, les rangs de la police n'ont pas été renforcés.

    «Parce que, malheureusement, quand on ne veut pas payer les policiers. Ça n'attire pas les gens qui ont le niveau pour passer le concours. Donc, secondement, c'est revaloriser le salaire des policiers qui est l'une des polices les moins payées d'Europe pour attirer les gens qui ont le niveau pour passer le concours en nombre suffisant tous les ans»

    Par ailleurs, le secrétaire général du syndicat Vigi fustige le niveau des services de renseignement en France. Lors des mobilisations des Gilets jaunes, 80.000 policiers et gendarmes sont déployés «à l'aveugle» «car le gouvernement ne sait pas où les mettre». Selon lui, les services de renseignement ont besoin d'un financement et d'un renforcement depuis qu'ils «ont été fracassés en 2008 par M.Sarkozy».

    Pour éviter que le mécontentement ne s'installe chez les forces de l'ordre, le gouvernement a proposé en décembre dernier une prime exceptionnelle de 300 euros lors des journées de mobilisation, qui reste encore une promesse non tenue, même après l'acte 17 des Gilets jaunes, dénonce le syndicaliste.

    Les policiers touchent leur salaire normal, mais aucune rémunération supplémentaire, malgré les promesses. Et ils ne peuvent pas prendre de vacances en raison du déficit des effectifs. M.Langlois conclut par l'exemple de ce collègue qui «est depuis huit ans chez lui en vacances, parce qu'il avait huit ans d'heures supplémentaires accumulées».

    «Donc en fait, on gagne zéro par rapport au secteur privé, où les heures supplémentaires sont majorées de 25%, puis de 50%. Dans la police, en fait, on nous dit juste "Vous partirez à la retraite un peu plus vite", voilà. Donc on gagne zéro et nos collègues préféreraient profiter de leurs weekends chez eux, quitte à ne pas être payé», déplore le secrétaire général du syndicat.

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    épuisement, suicide, police, syndicat de police VIGI, Alexandre Langlois, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik