Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron lors dune rencontre avec une activiste des Gilets jaunes

    Les «garants» du Grand débat déplorent l’omniprésence de Macron dans les discussions

    © AFP 2019 NICOLAS TUCAT / POOL / AFP
    France
    URL courte
    Grand débat national en France (2019) (53)
    15171
    S'abonner

    Tirant le bilan du Grand débat national lors d’un point de presse mardi 12 mars, ses «garants», cinq personnalités désignées pour garantir son indépendance, ont émis quelques réserves sur son déroulement, déplorant les interventions répétées du chef de l'État et des membres du gouvernement dans la consultation.

    À trois jours de la fin officielle du Grand débat, ses «garants» ont déploré lors d'un point de presse mardi 12 mars les interventions répétées d'Emmanuel Macron et des membres du gouvernement dans la consultation, qui ont selon eux pu renforcer la méfiance des Français.

    «Il était peut-être utile qu'il y ait une communication présidentielle et gouvernementale importante au début du processus pour mobiliser les citoyens», a souligné Pascal Perrineau au cours d'un point de presse du collège des cinq «garants», ajoutant que «la manière dont ça s'est prolongé a pu contribuer, après avoir mobilisé, à entraver la mobilisation».

    Les cinq «garants» ont toutefois salué «une opération sans précédent dans l'histoire de notre démocratie», par les moyens mis en œuvre et l'ampleur de la mobilisation.

    Le collège a regretté que seulement 50% des comptes-rendus des 10.000 réunions locales qui ont eu lieu soient jusqu'à présent «remontés».

    «Nous ne sommes pas face à un sondage à l'échelle nationale», a souligné Isabelle Falque-Pierrotin, en prévenant que l'on ne pourra pas tirer du débat «quelque chose comme le top 10 des sujets clés retenus par les Français».

    Plus tard mardi, Pascal Perrineau a déclaré au micro d'Europe 1 que, selon lui, les interventions répétées d'Emmanuel Macron et des membres du gouvernement dans la consultation ont pu renforcer la méfiance des Français.

    «Il y a une grande méfiance dans le pays de tout ce qui vient d'en haut. Le Grand débat a été pris à l'initiative du Président de la République. Le collège des garants considérait qu'en faisant cette recommandation de bien dissocier la communication gouvernementale et le Grand débat, on protégeait le gouvernement et le Président contre eux-mêmes», a-t-il indiqué.

    Il a cependant signalé qu'une telle omniprésence est devenue un frein à une participation plus importante à la consultation.

    «Le gouvernement et le Président, et c'est leur droit, n'ont pas choisi cette voie. Cela a peut-être été un frein à une participation encore plus importante au Grand débat», a révélé M.Perrineau.

    Le Président français a proposé un Grand débat national consacré à quatre sujets — la fiscalité, l'organisation de l'État, la transition écologique et la citoyenneté — en réponse au mouvement des Gilets jaunes qui agite la France depuis novembre 2018.
    Le Grand débat a débuté le 15 janvier et doit s'achever le 15 mars.

    Trois hommes et deux femmes ont été désignés pour «garantir l'indépendance» du Grand débat national lancé pour répondre à la crise des Gilets jaunes. Deux d'entre eux ont été nommés directement par le gouvernement tandis que les trois autres ont été nommés respectivement par les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental. Leur rôle est de veiller «à la régularité de la méthode» et de formuler des recommandations «pour satisfaire aux exigences de transparence et d'impartialité».

    Dossier:
    Grand débat national en France (2019) (53)
    Tags:
    méfiance, mobilisation, garants, grand débat, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik