Ecoutez Radio Sputnik
    Sentinelle

    Une jeune militaire de Sentinelle se donne la mort avec son Famas à Roissy

    © AP Photo / Kamil Zihnioglu
    France
    URL courte
    231155

    Une militaire de 24 ans de la force Sentinelle s’est donné la mort avec son arme de service dans les locaux de casernement, sur la plateforme de l’aéroport de Roissy.

    C'est une série noire qui endeuille les forces de l'ordre depuis le début de l'année en France. Une militaire de 24 ans servant dans l'opération Sentinelle s'est ôté la vie lundi avec son arme de service, un fusil d'assaut Famas.

    Elle a été retrouvée par ses collègues dans la chambre qu'elle occupait dans une caserne de l'armée, sur la plateforme de l'aéroport de Roissy, rapporte Le Parisien.

    Selon le média, la jeune femme servait dans l'Armée de terre et faisait partie des troupes engagées dans l'opération Sentinelle, déployées pour prévenir et lutter contre les attaques terroristes sur la zone aéroportuaire.

    Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Villepinte (Seine-Saint-Denis) pour recherche des causes de la mort.

    Samedi dernier, un agent de la gendarmerie a mis fin à ses jours avec son arme de service dans son bureau de la communauté de la brigade de Selles-sur-Cher (Loire-et-Cher). Au total, au moins 19 membres de la police nationale française se sont déjà donné la mort depuis le début de l'année.

    36 policiers et au moins 31 gendarmes se sont suicidés en 2018. En 2017, ce chiffre s'élevait à 51 policiers.

    Lancée à l'appel de plusieurs associations, une manifestation de policiers s'est tenue à Paris le 12 mars contre cette vague de suicides dans leurs rangs.

    Lire aussi:

    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Tags:
    militaires, France, Roissy
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik