Ecoutez Radio Sputnik
    This file photo taken on July 24, 2013 shows a logo of German pharmaceuticals and chemicals giant Bayer on an overpass at its Berlin headquarters

    Marine Le Pen utilise Monsanto pour embourber Macron dans sa course aux européennes

    © AFP 2019 JOHN MACDOUGALL
    France
    URL courte
    Par
    18491
    S'abonner

    En pointant du doigt le lien entre les libéraux européens de l'ADLE, dont Emmanuel Macron est proche, et les multinationales comme Monsanto, Marine Le Pen a donné un coup à la campagne européenne du Président de la République. Au point de modifier la stratégie de LREM? Rien n'est moins sûr...

    Marine Le Pen aurait-elle utilisé Monsanto pour couper l'herbe sous le pied d'Emmanuel Macron? La question du financement des partis politiques au niveau européen est, à moins de deux mois des prochaines élections européennes, au cœur du débat politique en France, et c'est la dirigeante du Rassemblement national (RN) qui a rendu le sujet aussi explosif.

    En critiquant, le 7 mars dernier, la façon dont se financent certains partis européens, Marine Le Pen a frappé là où le bât blesse:

    «Les lobbies financent les partis politiques européens et ils financent l'ADLE, le parti d'Emmanuel Macron au Parlement européen. Le parti politique l'ADLE […] est financé par Bayer Monsanto», a-t-elle déclaré sur RTL.

    Alors, certes, le parti d'Emmanuel Macron n'est pas officiellement membre de l'ADLE (Alliance des démocrates et libéraux européens), ce que se sont empressé de faire valoir les soutiens du Président de la République, criant à la manipulation de l'information, à l'instar de Stéphane Séjourné, directeur de campagne de LREM pour les Européennes.

    Pour autant, les liens entre la formation européenne et celle d'Emmanuel Macron existent bel et bien. En septembre dernier, alors que le Président de la République se posait en premier opposant à Matteo Salvini et Viktor Orban, il avait reçu le soutien de Guy Verhofstadt, président du groupe ADLE au Parlement européen.

    «Avec Emmanuel Macron, on n'a pas seulement la même analyse, mais plus ou moins les mêmes propositions. Le discours de la Sorbonne est très largement soutenu chez les partis de l'ALDE. On est prêts à créer avec Macron cette alternative», avait déclaré l'ancien Premier ministre belge dans une interview à Ouest France.

    Deux mois plus tard, en novembre, c'est la déléguée à l'action internationale du parti de la majorité qui déclarait à Madrid que «l'ADLE est le noyau avec lequel En Marche veut construire une coalition», preuve qu'il existe bel et bien une proximité entre le parti français et le parti européen.

    Effectivement, les libéraux-démocrates européens sont bien ceux qui ont le plus bénéficié du soutien des entreprises en 2018. Alors qu'il existe dix groupes représentés au Parlement européen, seuls cinq ont reçu des financements d'entreprises ou de lobbies. Mais, alors que trois partis — les socialistes, les verts et le PPE — ont reçu des contributions pour leur fondation, l'ADLE et les Conservateurs de l'ACRE (Alliance des conservateurs et réformistes en Europe) ont bénéficié du soutien de multinationales pour financer leur parti.

    Ce qui change entre les libéraux et les conservateurs, c'est l'origine des contributions pécuniaires. Tandis que les conservateurs ont reçu des dons de compagnies européennes (un fabriquant de logiciels néerlandais, un transporteur anglais et un promoteur immobilier italien) pour des montants compris entre 500 et 3.000 euros, les contributeurs au parti libéral-démocrate ont dépensé entre 7.000 et 18.000 euros et sont tous de grandes multinationales. On y retrouve le cabinet d'audit Deloitte, les géants Uber, Google et Yelp, ou encore Bayer, propriétaire de Monsanto, et son concurrent direct, Syngenta.

    «Aucun de nos députés européens ne siègera lors de la prochaine mandature dans un groupe politique ou dans une formation politique européenne qui tolère de tels financements», a écrit Stéphane Séjourné, dans un communiqué de presse, assurant que LREM n'était «pas membre du parti libéral européen» et n'avait pas «vocation» à le devenir.

    Contacté par France Télévisions le 12 mars, le porte-parole du parti libéral européen s'est déclaré «surpris» du revirement d'Emmanuel Macron et de son parti, tout en assurant que l'ADLE n'avait pas été prévenue d'un potentiel changement de stratégie, à deux mois des élections. «Il n'y a aucun signal de changement de notre côté», a-t-il déclaré.

    Si les libéraux de l'ADLE n'ont pas été prévenus que LREM ne s'allierait pas à eux, il y a peu de chance que le revirement du Président de la République ne soit plus qu'un symbole.

    Tags:
    multinationales, partis politiques, financement, Syngenta, Yelp, Google, Uber, Monsanto, Bayer-Monsanto, Bayer, Rassemblement national (RN), Alliance des conservateurs et réformistes en Europe (ACRE), La République en Marche! (LREM), France Télévisions, Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ALDE), Parti populaire européen (PPE), Parlement européen, Stéphane Séjourné, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Europe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik