Ecoutez Radio Sputnik
    La police française

    L’attentat en Nouvelle-Zélande fait des remous sécuritaires en France

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    Attaques contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande (15)
    28625

    Après les attentats en Nouvelle-Zélande, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner annonce sur Twitter le renforcement de la surveillance des lieux de culte en France.

    Après avoir exprimé sa solidarité aux Néozélandais, suite aux fusillades survenues dans des mosquées qui ont fait 49 morts, Christophe Castaner a indiqué sur son compte Twitter que la surveillance des lieux de culte serait renforcée en France.

    Le ministre de l'Intérieur a réagi sur son compte Twitter ce matin. «Solidarité avec le peuple néo-zélandais endeuillé par l'odieuse attaque terroriste de Christchurch. Mes premières pensées vont aux proches et aux familles des victimes dont nous partageons l'émotion et la tristesse. Soutien à la police néo-zélandaise engagée contre la haine et la barbarie», a-t-il écrit.

    La Nouvelle-Zélande a révisé son niveau d'alerte à la sécurité, le passant à «élevé». L'ambassade de France dans le pays demande à ses compatriotes de «rester vigilants».

    Au moins 49 personnes ont été tuées par un homme armé dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a fait savoir la police. Quatre suspects, trois hommes et une femme, qui appartiennent à des milieux extrémistes, mais ne faisaient l'objet d'aucune surveillance, ont été interpellés, a-t-elle poursuivi.

    La police a invité toutes les mosquées de Nouvelle-Zélande à fermer leurs portes.

    Dossier:
    Attaques contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande (15)

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    Christophe Castaner, Nouvelle-Zélande, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik