Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Erdogan dit que son pays ne fera pas marche arrière quant à l’achat des S-400

    © Sputnik . Dmitri Vinogradov
    France
    URL courte
    2130

    Faire marche arrière en ce qui concerne l’achat des S-400 russes par la Turquie est hors de question, a déclaré le Président du pays, cité par le quotidien Hürriyet Daily News. Il a souligné qu’il ne renoncerait pas au contrat avec les Russes, même pour un achat de missiles américains, auquel d’ailleurs son pays ne s'est pas dit hostile.

    Le Président turc a déclaré que son pays n'avait aucune intention d'annuler ses plans concernant l'acquisition de systèmes S-400 russes, fait savoir l'édition Hürriyet Daily News.

    «Nous en avons terminé avec cela, et il est hors de question pour nous de faire marche arrière», a-t-il martelé, cité par le quotidien.

    Recep Tayyip Erdogan a également souligné que les livraisons des armes russes débuteraient en juillet 2019. Dans le même temps, il a indiqué que la Turquie était prête à examiner la proposition américaine de vente de missiles Patriot. Il a toutefois ajouté que les questions de livraison et de production faisaient encore l'objet de négociations.

    Les États-Unis se sont maintes fois prononcés contre l'achat des S-400 par la Turquie. Ainsi, le Pentagone a menacé Ankara de «graves conséquences», sous forme de sanctions et d'une détérioration des relations militaires avec les États-Unis, notamment à propos de la vente des chasseurs F-35 et des missiles Patriot. Cependant, le Président turc a souligné que son pays ne renierait pas l'achat des systèmes russes pour celui des armes américaines.

    Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    armes, missile, achat, S-400, Recep Tayyip Erdogan, Russie, États-Unis, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik