Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque

    Le policier ayant subi un malaise cardiaque samedi à Paris opéré

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    12122

    Après avoir survécu à une crise cardiaque lors de la manifestation des Gilets jaunes à Paris ce samedi, un policier a subi une intervention chirurgicale la nuit suivante, selon les informations de la chaîne de télévision LCI. Cependant, son pronostic vital est encore engagé.

    Le policier gisant à terre à Paris lors de l'acte 19 des Gilets jaunes et dont les images ont fait le tour des médias, a été opéré dans la nuit, rapporte LCI.

    Vendredi, la préfecture de police avait indiqué qu'il s'agissait d'un policier d'une compagnie d'intervention parisienne et qu'il avait été victime d'un infarctus. Suite au massage cardiaque qui lui a été prodigué par des secouristes sur place, le fonctionnaire a été hospitalisé.

    Selon les informations de LCI, du fait que le policier se trouvait dans un état jugé très sérieux, il a subi une intervention chirurgicale. Néanmoins, le pronostic vital de cet homme de 47 ans est toujours engagé.

    Le lendemain de son malaise médiatisé, le ministre de l'Intérieur lui a rendu visite à l'hôpital, avant de le relater sur son compte Twitter.

    Pour rappel, sur une vidéo réalisée place de la République par un correspondant de Sputnik lors de l'acte 19 du mouvement des Gilets jaunes, on peut voir ce policier à terre, subissant un massage cardiaque entouré de ses collègues et de pompiers.

     

     

    Lire aussi:

    Mort du randonneur français Simon Gautier: une enquête pour «homicide involontaire» en Italie
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    «Incroyable échange d’uppercuts»: la réunion Macron-Poutine vue par des personnalités françaises
    Tags:
    gilets jaunes, malaise, crise cardiaque, opération, manifestation, police, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik