France
URL courte
11182
S'abonner

La garde à vue de l’humoriste controversé Yassine Belattar a été prolongée mercredi. L’homme surnommé «le conseiller banlieues» d’Emmanuel Macron est visé par plusieurs plaintes pour menaces de mort et harcèlement professionnel.

La garde à vue de Yassine Belattar a été prolongée mercredi, a annoncé l’AFP, se référant à une source proche du dossier.

L'animateur de Radio Nova et comédien a été convoqué mardi matin au commissariat du 5e arrondissement de la capitale dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin janvier après une plainte pour menaces de mort déposée contre lui par le comédien Bruno Gaccio. Il a été placé en garde à vue.

Le 24 janvier 2019, Bruno Gaccio, ancien chef de file des Guignols de l'info, a déposé deux plaintes pour menaces de mort et diffamation à l'encontre de l'humoriste Yassine Belattar, a révélé Marianne. «Tout a commencé par une série d'amabilités échangées sur les réseaux sociaux", a confié Bruno Gaccio au magazine. La suite s'est poursuivie par téléphone».

Jessie Claire, jeune animatrice de radio et télévision, a aussi porté plainte contre l'humoriste. Mme Claire, qui selon Marianne ne serait pas la seule à avoir été abusée par M.Belattar, estime que ce dernier «use de son pouvoir hiérarchique».

Selon Mediapart, le conseiller «banlieues» d'Emmanuel Macron, membre depuis un an du Conseil présidentiel des villes, est aussi accusé par plusieurs personnes du monde du spectacle «de comportements humiliants ou menaçants», ce qu'il conteste.

Lire aussi:

Ce que l'on sait sur Alexandra De Taddeo, la compagne de Pavlenski qui aurait reçu les vidéos X de Griveaux
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Vidéos de Griveaux: quand le complotisme antirusse atteint le pouvoir français pour faire diversion
Des robots-animaux filment la chasse à couper le souffle d’un grand requin blanc – vidéo
Tags:
garde à vue, menace de mort, Yassine Belattar, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook