France
URL courte
49967
S'abonner

Accusée d’être contraire à la loi de séparation des Églises et de l’État, une croix blanche située dans le cimetière de Bernes-sur-Oise fait l’objet d’un recours devant le tribunal administratif.

À Bernes-sur-Oise, dans le Val-d'Oise, une croix placée au milieu d'une allée du cimetière de la commune est devenue une pomme de discorde: un conseiller municipal, Yvan Mougel, a déposé un recours contre la présence de ce signe religieux, qui serait, selon lui, contraire à la loi de séparation des Églises et de l'État et à celle de novembre 1887 sur la liberté des funérailles.

L'affaire, jugée recevable, a été mise en délibéré ce jeudi, écrit Le Parisien.

Pour M. Mougel, cette croix ne présente aucun caractère historique ou architectural. «Si encore elle était en vieille pierre, je comprendrais l'intérêt, mais là tout montre qu'elle ne vient pas de l'ancien cimetière. Ça n'a aucun sens», assure l'élu, qui l'estime daté «au mieux de 1945».

En réponse, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a proposé de prendre en compte la date de son installation. La commune a été presque entièrement rasée par les bombardements entre 1943 et 1945, a rappelé la mairie, ajoutant qu'il n'existe plus aucune preuve ou aucune archive.

«Personnellement, je n'y aurais jamais touché à cette croix même si elle n'a rien de remarquable car le cimetière, c'est très sensible. Beaucoup de gens y sont attachés. J'aurais eu le sentiment de le profaner. Ce n'est pas une question de religion mais d'habitude de vie. Évidemment, nous appliquerons le jugement si nécessaire», a déclaré le maire, Jean-Noël Poutrel.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
religion, croix, Val-d'Oise, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook