Ecoutez Radio Sputnik
    Éric Drouet à Bordeaux lors de l'acte 20 des Gilets jaunes

    On «casse l'image des Gilets jaunes»: Éric Drouet commente la réponse du gouvernement

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 18 semaines de mobilisation (102)
    20674

    Éric Drouet, descendu ce 20e samedi consécutif dans les rues pour manifester, mais cette fois à Bordeaux, a estimé, dans un commentaire à Sputnik, que les mesures des autorités de la ville à l'approche du jour «apocalyptique» attestaient plutôt d'une tentative de «faire passer une mauvaise image de nous, alors qu'on est venu pacifiquement».

    «Le maire a extrapolé tout ce qui allait se passer — les gens sont dehors, les commerçants ouverts — dire aux gens de ne pas sortir c'est essayer de faire passer une mauvaise image de nous, alors qu'on est venu pacifiquement», a annoncé Éric Drouet au micro de Sputnik, concernant la décision de Nicolas Florian de décréter Bordeaux «ville morte» à l'approche d'une mobilisation potentiellement «apocalyptique» ce samedi. Le nouveau maire, ayant remplacé Alain Juppé à la tête de la ville, s'était dit «très inquiet de ce qui pourrait se passer» lors de l'acte 20 des Gilets jaunes.

    Concernant l'important dispositif de sécurité, Éric Drouet estime que les autorités «ont toutes les cartes en main» pour «que cela se passe bien», cependant, «ils se débrouillent à chaque fois pour créer des tensions et casser l'image des Gilets jaunes», déplore-t-il.

    Après près de 5 mois de mobilisation, Éric Drouet regrette que rien ne change.

    «J'espère que tous ceux qui n'ont pas encore compris le mouvement comprennent bien qu'au bout de cinq mois on devrait déjà avoir un début de réponse — chose qu'on n'a jamais eu. C'est quand même fou dans un pays de droit comme le nôtre qu'on ne soit pas écoutés pour des choses aussi simple que le RIC ou que le pouvoir d'achat.»

    Condamné le 29 mars, à une amende de 2.000 euros (dont 500 avec sursis) par le tribunal correctionnel de Paris, considéré comme l'un des organisateurs du mouvement des Gilets jaunes, il était poursuivi pour ne pas avoir déclaré deux manifestations (à Versailles et à Paris sur les Champs-Élysées, respectivement les 22 décembre et 6 janvier). Un jugement dont il a fait appel.

    «Je ne suis pas le plus à plaindre […] on a énormément de Gilets jaunes qui sont derrière les barreaux à cette heure-ci. Pour avoir fait des Live, bloqué des péages. […] beaucoup ont été enfermés pour des choses complètement absurdes. C'est plutôt eux qu'il faudrait plaindre!»

    Ce samedi, les Gilets jaunes se sont de nouveau vus interdire de manifester sur les Champs-Élysées à Paris, mais aussi dans d'autres villes, telles que Saint-Étienne, Épinal et Rouen, par crainte de violences et de la venue de casseurs. Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, l'a décrété «ville morte», en demandant à ses habitants de rester chez eux, anticipant une «journée apocalyptique».

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 18 semaines de mobilisation (102)

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une violente bagarre éclate en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    gilets jaunes, forces de sécurité, gouvernement, Eric Drouet, Bordeaux, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik