France
URL courte
5423154
S'abonner

Par derrière, un policier a porté un violent coup de matraque à la tête d’un manifestant, lui infligeant une blessure sanguinolente, samedi à Besançon. Filmé par une journaliste, le Gilet jaune avait l’air calme, mais la préfecture se défend en affirmant qu’il était en train de ramasser une grenade lacrymogène.

Une vidéo réalisée par une journaliste de Média 25 montre un policier frapper à la tête avec sa matraque un Gilet jaune lors de l'acte 20 à Besançon. Isolé des autres, le manifestant a l'air pacifique. Alors que l'homme est tourné de dos, un policier arrive par derrière et lui porte un violent coup de matraque à la tête avant de s'en aller.

Entre-temps, un autre membre des forces de l'ordre ramasse au sol un objet ressemblant à une grenade lacrymogène.

Alors que la caméra s'approche du manifestant blessé, on peut voir ce dernier porter sa main à sa blessure qui saigne abondamment.

Citée par France Bleu, la préfecture «affirme que le manifestant aurait été vu en train de ramasser une grenade de gaz lacrymogène et rappelle que la manifestation n'était pas déclarée».

Les Gilets jaunes se sont réunis à travers toute la France samedi 30 mars pour participer à l'acte 20 du mouvement. Les chiffres des participants diffèrent en fonction des sources. Selon le ministère de l'Intérieur, 33.700 personnes dont 4.000 à Paris ont pris part à la mobilisation, en baisse par rapport à la semaine précédente. Depuis le début du mouvement, les chiffres officiels sont contestés par les Gilets jaunes qui ont eux-mêmes dénombré 102.713 manifestants participants ce samedi, selon la page Facebook le Nombre jaune.

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
gilets jaunes, matraques, blessure, manifestation, Besançon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook