France
URL courte
0 201
S'abonner

Ayant quitté les soins d’urgence, la Niçoise de 73 ans a été transférée en maison de convalescence et reste toujours sous morphine qui l’aide à supporter la douleur, d’après une de ses filles.

Geneviève Legay, la militante d'Attac blessée lors de l'acte 19 des Gilets jaunes à Nice, a quitté le département de la médecine d'urgence mardi pour intégrer une unité de convalescence de l'hôpital, rapporte l'AFP se référant à une de ses filles.

«Elle a été déplacée du CHU Pasteur en maison de convalescence», a indiqué celle-ci, confirmant une information de Nice-Matin.

Victime de multiples fractures du crâne et souffrant de cinq côtes cassées, Mme Legay, 73 ans, est toujours sous morphine pour atténuer la douleur mais ses hématomes se sont stabilisés et semblait aller mieux mardi, a-t-elle précisé.

Une information judiciaire a été confiée à plusieurs juges d'instruction pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles Mme Legay a lourdement chuté lors d'une charge des forces de l'ordre le 23 mars.

Geneviève Legay, porte-parole d'Attac dans les Alpes-Maritimes et militante des Gilets jaunes, a été hospitalisée après l'acte 19 pour «hémorragie méningée frontale gauche, hématome occipital droit, hématome cérébelleux droit, fracture de l'os rocher droit, fracture de l'os pariétal droit, fracture médico-sphénoïdale». Selon son avocat Me Arié Alimi cité par Mediapart, «lorsque Madame Legay s'est réveillée à l'hôpital, le samedi 23 mars 2019, elle a indiqué que des policiers sont venus à deux reprises dans sa chambre et qu'une policière a essayé avec insistance de lui faire dire que c'était un caméraman qui l'avait bousculée, et non les forces de l'ordre».

Lire aussi:

Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Moscou réagit à l'attaque de la police US contre une journaliste de Sputnik
Tags:
hôpital, soins intensifs, Geneviève Legay, Nice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook