France
URL courte
13319
S'abonner

Interrogé sur l’incident avec un Gilet jaune matraqué par un policier lors de l’acte 20 à Besançon, le ministre de l’Intérieur a affirmé n’avoir jamais vu un policier attaquer un manifestant. Il a aussi lancé un appel, lors d’un entretien accordé à France 2, à ne pas faire d’amalgame entre les violences policières et le recours à la force.

Christophe Castaner a confirmé n'avoir jamais vu un policier attaquer un manifestant ou un journaliste depuis le mois de janvier où il avait fait cette déclaration pour la première fois. Sa confirmation survient suite à une question de la présentatrice des 4 vérités de France 2, voulant savoir s'il pouvait rester aussi affirmatif après qu'un Gilet jaune a été violemment matraqué à la tête par un policier lors de l'acte 20 à Besançon.

La veille, dans une vidéo diffusée par PureTele, le ministre de l'Intérieur avait affirmé qu'il n'y avait pas «d'images de violence policière» dans cet incident.

Répondant à la question de la présentatrice de France 2, le ministre de l'Intérieur a souligné qu'il y avait une différence entre le fait que la police utilise la force et les violences policières. Il a également demandé de ne pas faire d'amalgame:

«Dans une manifestation violente, au moment où vous avez des émeutes urbaines, la police charge, c'est sa responsabilité, elle est là pour garantir l'ordre public. Et d'ailleurs, elle est la seule légitime à pouvoir utiliser la force. Donc il peut y avoir des blessés. Mais attention à l'amalgame, ce ne sont pas des violences policières», a-t-il affirmé.

​Christophe Castaner a ensuite donné une définition de la violence policière: «C'est un acte intentionnel pour blesser quelqu'un». Cependant, il a refusé de commenter l'incident avec le Gilet jaune matraqué au sujet de savoir si cet acte était délibéré: «Il y a une enquête, je ne vais pas me prononcer sur le sujet».

La veille, le ministre de l'Intérieur avait insisté qu'il ne s'agissait pas de violence policière mais d'«une scène où un policier dans l'action, au moment d'une charge, a effectivement poussé quelqu'un».

Une vidéo filmée par une journaliste de Média 25 montre un policier frapper à la tête un Gilet jaune avec sa matraque lors de l'acte 20 à Besançon. Entre-temps, un autre policier ramasse au sol un objet ressemblant à une grenade lacrymogène.

Citée par France Bleu, la préfecture «affirme que le manifestant aurait été vu en train de ramasser une grenade de gaz lacrymogène» et rappelle que la manifestation n'était «pas déclarée».

Lire aussi:

Le nombre journalier de nouveaux cas de Covid-19 en France avoisine les 3.000, 241 foyers au total
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Tags:
matraques, police, violences policières, gilets jaunes, Christophe Castaner, Besançon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook