Ecoutez Radio Sputnik
    Geneviève Legay

    Geneviève Legay blessée à Nice: Macron «ne représente pas le peuple français»

    © AP Photo / Claude Paris
    France
    URL courte
    21613

    Deux semaines après sa chute, Geneviève Legay, blessée à Nice au cours d'une manifestation des Gilets jaunes, a estimé qu’Emmanuel Macron «ne sait pas ce que c’est la sagesse», répondant ainsi aux souhaits du Président. Évoquant «un trou en haut du crâne», elle affirme également avoir «pris un coup de matraque» lors d'une charge des policiers.

    Geneviève Legay, la militante niçoise d'Attac blessée le 23 mars lors d'une charge de police, a répondu à Emmanuel Macron qui lui avait souhaité «un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse».

    «Il ne sait pas ce que c'est la sagesse. Il ne représente pas du tout le peuple français, il ne comprend rien ou il ne veut pas comprendre», a déclaré la septuagénaire au micro de BFM TV.

    «On ne faisait rien. La charge n'était pas justifiée», a ajouté la femme.

    Avouant qu'elle «ne se souvenait absolument de rien», la femme a cherché à restituer les événements du samedi où elle a été blessée.

    «Je me suis retournée, j'ai vu que des policiers avaient changé, ce n'était plus les mêmes policiers, poursuit la septuagénaire. Je suis naïve. Je faisais rien de mal, je ne m'attendais à rien», s'est-elle rappelé.

    Victime de multiples fractures du crâne et souffrant de cinq côtes cassées, Mme Legay a été poussée par un policier, a reconnu fin mars le procureur de Nice. On ignore pourtant si le geste du fonctionnaire a été intentionnel ou non.

    «Ce que je crois, et que les images de vidéosurveillance de la ville de Nice prouveront, c'est qu'ils m'ont donné un coup de matraque derrière la tête. J'ai un trou en haut du crâne», a estimé la manifestante.

    Avant de poursuivre: «Comment je peux être blessée devant, derrière, me retrouver par terre sans me rappeler? Je pense que j'ai pris un coup de matraque, je suis tombée, j'ai ouvert les yeux aux urgences.»

    Une information judiciaire a été confiée à plusieurs juges d'instruction pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles Mme Legay a lourdement chuté lors d'une charge des forces de l'ordre le 23 mars.

    Les images, captées par des journalistes et des manifestants, de cette dame, drapeau pacifiste arc-en-ciel et gilet jaune à la main, gisant à terre avec une blessure à la tête, ont ravivé les polémiques autour des violences policières.

    Sa famille et Attac ont porté plainte dès lundi pour «violences en réunion» contre la police.

    Tags:
    police, manifestation, gilets jaunes, Emmanuel Macron, Geneviève Legay, Nice, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik