Ecoutez Radio Sputnik
    Cerveau / image d'illustration

    Quand la «complémentarité» des cerveaux russes et français détrône les enjeux politiques

    CC0 / geralt
    France
    URL courte
    1153
    S'abonner

    Le développement de l’industrie du futur conduit à une coopération croissante entre la Russie et la France, les cerveaux de ces deux pays se complétant, estime, dans une interview accordée à Sputnik, Frédéric Sanchez, co-président de l’Alliance Industrie du Futur.

    Dans un monde entré dans une nouvelle phase il y a à peu près cinq ans, l'industrie revêt une ampleur grandissante et devient multidimensionnelle, affirme, dans un entretien accordé à Sputnik, Frédéric Sanchez, co-président de l'Alliance Industrie du Futur.

    En matière d'industrie du futur, qui comprend, entre autres, l'optimisation de l'économie circulaire, l'amélioration de la qualité des produits, la réduction des déchets industriels etc, la coopération franco-russe est indispensable, poursuit M. Sanchez, poursuit M. Sanchez, interrogé lors du forum «les premières rencontres franco-russes de l'industrie du futur» à Moscou, présidé par ses soins.

    «Il y a beaucoup de talents en Russie, de talents scientifiques, de talents d'ingénieurs. Vous avez une culture, un ADN, vous avez des matheux. Or, l'industrie du futur, c'est aussi beaucoup de maths, d'algorithmes», lance-t-il. «En fait, on se rend compte qu'il y a d'énormes compatibilités entre la façon dont on appréhende l'industrie du futur en France et la façon dont on peut l'appréhender en Russie.»

    Les cerveaux en Russie et en France «se complètent», estime M. Sanchez, et «quand on les ajoute, on est plus fort»:

    «On a une véritable complémentarité à travailler ensemble pour développer ces solutions de demain.»

    Bien que parlant de l'industrie, on ne peut mettre la politique à part. Les sanctions imposées contre la Russie créent des limites, confie-t-il. Mais dans les domaines où la Russie n'est pas sanctionnée, «et il y a beaucoup de secteurs où la Russie ne l'est pas», «nous travaillons [ensemble] avec grand plaisir»:

    «Le business doit penser long terme. C'est vrai pour tous les business. C'est vrai pour le business américain. Il est très présent en Russie aujourd'hui. On voit nos concurrents bien travailler en Russie aujourd'hui. Donc […], le court terme et le long terme sont incompatibles et le long terme est le temps des industriels et des entrepreneurs; le court terme est un horizon de temps qui correspond davantage au monde politique.»

    Quant au futur de ce forum organisé par L'Alliance Industrie du futur et Nauka Innov avec le centre de coopération technologique de la Chambre de Commerce et d'Industrie franco-russe (CCI France Russie), Frédéric Sanchez assure que l'expérience sera reproduite dans un an. Cependant, il y en aura une série d'autres dans l'intervalle «pour justement vérifier que les projets avancent bien, qu'ils avancent conformément à nos ambitions».

    Tags:
    ingénierie, industrie, ADN, économie, Moscou, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik