France
URL courte
4291
S'abonner

Patrick Sébastien a critiqué les mesures prises par la maire de Paris, Anne Hidalgo, qu’il «ne supporte pas», en faveur des vélos et la fermeture des berges de la Seine pour les automobilistes. Il a reproché à la maire la piétonisation des voies sur berges pour «trois connards en Vélib'» dans une interview pour BFM Paris.

Les mesures en faveur du vélo promues et introduites par la maire de Paris ont été fustigées par Patrick Sébastien qui s'est lancé dans une critique d'Anne Hidalgo dans une interview pour BFM Paris. Pour lui, c'est «histoire d'emmerder 5.000 mecs qui vont bosser, histoire de faire plaisir à trois connards en Vélib' qui vont se promener».

«Je ne supporte pas la maire de Paris», a-t-il lancé lors de l'interview.

Sa critique du Vélib' n'est pas passée inaperçue du maire adjoint de Paris chargé des Transports, Christophe Najdovski, qui a répondu à l'animateur sur Twitter en se basant sur les statistiques indiquant qu'il y avait eu presque 150.000 piétons et cyclistes sur les berges au seul mois de mars.

L'attaque a été néanmoins prise avec humour par Patrick Sébastien, qui a répondu à l'adjoint au maire en se référant à son «espace de respiration des artistes».

Toutefois, cet échange entre le maire adjoint et l'animateur a engendré une vive réaction de la part des adeptes du vélo à Paris qui ont lancé sur les réseaux sociaux le hashtag #JeSuisUnDesTrois contre Patrick Sébastien. Un internaute a même posté une vidéo montrant les voies sur berges où les cyclistes circulaient afin d'illustrer qu'il y avait plus de personnes que «trois connards».

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
piétons, promenade, internautes, critiques, automobiliste, vélo, mairie, Anne Hidalgo, France, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook