Ecoutez Radio Sputnik
    Une roue de voiture

    Les hackeurs pourraient arrêter une voiture à distance à cause d’un mauvais mot de passe

    CC0 / Free-Photos
    France
    URL courte
    371

    Un hackeur ayant piraté deux applications GPS affirme être capable d’arrêter les véhicules à distance et de «causer un gros problème de circulation partout dans le monde», révèle Motherboard. Un fabriquant de systèmes GPS a confirmé une telle possibilité.

    Dans une interview accordée au site Motherboard, le hackeur surnommé L&M a déclaré avoir piraté les applications GPS iTrack et ProTrack et avoir ainsi obtenu l'accès aux systèmes de navigation de plusieurs milliers de véhicules en Afrique du Sud, au Maroc, en Inde et aux Philippines ainsi qu'aux données personnelles de leurs propriétaires.

    De plus, il affirme être hypothétiquement en mesure de couper les moteurs des véhicules concernés.

    «Sans aucun doute, je peux causer un gros problème de circulation partout dans le monde», a-t-il déclaré.

    Il a révélé que les applications concernées disposaient d'un mot de passe par défaut extrêmement facile à trouver — 123456. Il a aussi précisé que ces piratages ne visaient pas les utilisateurs mais les sociétés qui, selon lui, «ne veulent pas assurer la sécurité des utilisateurs».

    «Les utilisateurs sont en danger à cause des sociétés», a-t-il martelé dans une discussion en ligne avec Motherboard.

    Plusieurs victimes de ce piratage ont confirmé à Motherboard que les données fournies par L&M étaient authentiques.

    Bien que le hackeur n'ait tenté d'arrêter aucun véhicule, un représentant de la société de construction de GPS Concox, interrogé par Motherboard, a confirmé qu'il était possible de couper des moteurs à distance si la vitesse des véhicules était de moins de 20 km/h.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Tags:
    application, hackers, Maroc, Afrique du Sud, Philippines, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik