France
URL courte
171518
S'abonner

L'université de Metz s’est trouvée au cœur d’un scandale suite à la découverte d’un groupe privé Messenger où plusieurs étudiantes de sociologie s’échangeaient des messages et des photos à caractère raciste. Une enquête interne a été ouverte.

Plusieurs étudiantes de sociologie à l'université de Metz s'échangeaient via Messenger des messages et des photos insultantes à l'égard des noirs, rapporte France Bleu.

Comme le précise le média, il s'agit de clichés d'étudiants ou de professeurs noirs assortis de commentaires ouvertement moqueurs et racistes.

L'Université de Lorraine a de son côté assuré sur Twitter qu'elle «se mobilise au quotidien contre toutes formes de discriminations. Elle condamne la gravité des actes racistes dont elle a pris connaissance aujourd'hui commis sur les réseaux sociaux par des étudiant.e.s. Enquête interne sera instruite avec la plus grande fermeté».

À l'origine de ce scandale, trois étudiantes âgées de 19 ans «qui n'auraient pas mesuré la gravité de leurs propos», a expliqué une enseignante de l'UFR.

C'est lors d'un voyage scolaire que les victimes ont pris connaissance de ce groupe Facebook privé.

«Ils prennent les noirs en photo, ils se moquent de nous, en nous traitant de singes. On les a traités de racistes, on ne s'est pas laissé faire. On est fiers d'être noirs. On vient chercher une bonne éducation, on va en cours et c'est pour voir ce genre de choses!», a fustigé l'une d'entre elles.

Lire aussi:

Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Tags:
racisme, Messenger, Metz, Lorraine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook