France
URL courte
48175
S'abonner

Devant le même auditoire qu’un an plus tôt, le locataire de la Maison-Blanche a à nouveau évoqué l’attentat du Bataclan du 13 novembre 2015, annonçant encore une fois que le bilan aurait pu être «compétemment différent» si les lois françaises sur le porte d’armes étaient moins strictes.

En s'adressant à la National Rifle Association (NRA), lobby américain des armes à feu, Donald Trump a à nouveau déclaré que si la réglementation sur les armes était moins stricte en France, l'attaque du Bataclan aurait fait moins de victimes.

«Des centaines de personnes ont été tuées et blessées ce jour-là […] Si une personne avait eu une arme de l'autre côté, le bilan aurait très bien pu être complètement différent», a-t-il réitéré.

​Il a ajouté que l'attentat n'aurait «probablement pas eu lieu» si la réglementation sur les armes était moins stricte «car ces lâches auraient su qu'il y aurait des gens avec des armes» sur place.

Il a y presque un an jour pour jour, Donald Trump avait déjà avancé une hypothèse semblable. Le 4 mai 2018, il avait ainsi rappelé à la NRA que les victimes des attaques de Paris avaient été «tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes», estimant ensuite que si leur port était autorisé en France, ces attentats auraient pu être évités.

Réagissant à ces déclarations, le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire avait alors souhaité que le Président Trump «revienne sur ses propos et exprime des regrets».

Lire aussi:

Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
«Noces ensanglantées»: dix cochons abattus clandestinement pour un mariage en Seine-Saint-Denis - photo
Tags:
armes, attentat, Salle de spectacle du Bataclan, Donald Trump, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook